3 461 vues

Prise de parole du Comité Action Palestine au rassemblement de soutien à la résistance du peuple palestinien (Bordeaux, mercredi 30 juillet 2014)

             Rien ne semble pouvoir arrêter la barbarie sioniste. Israël dit vouloir aller jusqu’au bout de son entreprise, c’est-à-dire qu’il veut massacrer le peuple palestinien comme bon lui semble et aussi longtemps qu’il le souhaite. Il veut mettre à genoux la résistance pour pouvoir sereinement poursuivre à coloniser la Palestine.

                 Il est vrai que peu de monde s’y oppose. Les pseudo-agitations des États-Unis, de l’Égypte, des États arabes, le silence total de l’Union Européenne, les timides prises de parole des États occidentaux, tout cela n’est que de la poudre aux yeux. De fait, tout le monde est complice du génocide des Palestiniens. Dans les journaux, ce qui se passe en Palestine n’est plus en première page depuis bien longtemps. Il n’y a là rien de bien nouveau.

              On peut se sentir désespéré et considérer que nous assistons en direct à la lente et sûre disparition d’un peuple. Le nombre encore impressionnant de victimes peut le laisser croire. Pourtant, le peuple palestinien est en train de vivre une étape supplémentaire et cruciale de son long processus révolutionnaire qui vise à le débarrasser de l’oppression du colonialisme sioniste. Les mouvements de libération sont toujours lents et douloureux. Pour 1 soldat français tué en Indochine, 10 Vietnamiens mouraient. Pour 1 soldat français tué en Algérie, 30 Algériens tombaient. Les forces étaient déjà disproportionnées. Cependant, et le Vietnam et l’Algérie sont devenues indépendants. Face à la résistance des peuples et à leur volonté farouche de s’affranchir du joug colonial, le colon finit toujours par perdre et rentrer chez lui. Une fois qu’il est en marche, le processus d’émancipation ne peut être arrêté, quel que soit le nombre des victimes.

                    En Palestine aujourd’hui, la disproportion des forces et du nombre de martyrs ne doit pas laisser croire qu’il pourrait en être autrement. La résistance a déjà montré par le passé qu’elle pouvait se réorganiser et reprendre la lutte. En 2010 il y avait déjà eu plus de 1500 martyrs. Quel que soit le chiffre atteint en 2014, les Palestiniens ne se résoudront jamais à accepter le colonialisme juif qui vole leur terre et massacre leurs enfants.

                       Voilà pourquoi plus que jamais il faut soutenir cette résistance courageuse du peuple palestinien. Appeler actuellement à la paix entre Israéliens et Palestiniens est au mieux un contresens historique, au pire une complicité déguisée. C’est mettre sur le même plan les sionistes et les Palestiniens, l’agresseur et l’agressé, le colonisateur et le colonisé. Les Palestiniens sont et ont toujours été les victimes de la guerre des sionistes. Il n’y aura de paix que lorsque la Palestine, toute la Palestine sera indépendante. C’est trahir les martyrs que de parler de paix alors que les Palestiniens sont sous un déluge de feu. Et seuls les Palestiniens décideront de ce qu’ils veulent faire de leur État lorsqu’ils seront libres. Tenir un autre discours, c’est parler à la place des Palestiniens, c’est ne pas respecter leur lutte de libération. C’est enfin rester dans une forme de discours colonial et c’est en définitive ne pas se démarquer de celui de Manuel Valls ou de François Hollande.

                       C’est pourquoi le Comité Action Palestine choisit de se faire l’écho sur Bordeaux des choix politiques de la résistance. Seul compte le soutien inconditionnel à la résistance armée du peuple palestinien pour la libération de toute la Palestine.

                        Palestine vivra !  Palestine vaincra !

Comité Action Palestine

30 juillet 2014

print