413 vues
image_pdfimage_print

Comité Action Palestine (25 janvier 2020)

Invité par Benjamin Netanyaou à al-Quds (Jérusalem), au même titre que 41 autres chefs d’Etat, le Président français Emmanuel Macron a d’abord renouvelé, si besoin est, son allégeance au sionisme en déclarant que « la négation de l’existence d’Israël comme Etat est de l’antisémitisme ».

Emaillée de quelques déclarations creuses sur la paix et d’une mascarade où il a tenté de plagier l’altercation de Jacques Chirac avec les forces d’occupation sionistes dans la vieille Ville en 1996, sa visite en Palestine occupée est symptomatique de l’actuelle politique étrangère française. Ayant perdu depuis longtemps toute influence dans la Région, la France atteint cette fois-ci un niveau de ridicule difficilement égalable à l’échelle internationale. Tout comme en France où il reste sans réponse face à la plus grande contestation sociale depuis 25 ans, sauf en réprimant les contestataires, la gesticulation pathétique du Président français cache mal l’absence de stratégie, hormis la soumission honteuse aux forces américano-sionistes. Comme le ridicule ne tue pas, et que certains médias français sont à l’image des dirigeants français, Emmanuel Macron aurait, d’après une chaine d’information en continu, également rencontré au cours de cette visite le Président Yasser Arafat, mort depuis 15 ans !

Dans la course de l’Occident vers l’effondrement civilisationnel, la France vient de prendre une longueur d’avance. Sur la terre occupée de Palestine, à al-Quds, le contraste entre cette expression du déclin français et la dignité de la résistance du peuple palestinien, est frappant. Sans légitimité en France, Emmanuel Macron ne représente rien pour les autres peuples et en particulier pour le peuple palestinien. Il peut s’aplatir devant les forces du capital ou de l’impérialisme, se rouler dans la fange du déshonneur, ses propos ne valent pas un shekel.

La Palestine est arabe !

Source photo : la-croix.com

print