871 vues
image_pdfimage_print

Depuis le 17 avril, plus de la moitié des prisonniers palestiniens ont entamé une nouvelle grève de la faim illimitée pour dénoncer les pratiques barbares de l’occupant sioniste, et notamment la détention administrative, ainsi que toutes les mesures carcérales visant à briser la détermination et la résistance des prisonniers : réclusion solitaire, fouilles et rafles nocturnes, lourdes amendes et restrictions.

Initié en début d’année par Khader Adnan, du Jihad islamique, récemment libéré de détention administrative suite à 66 jours de grève de la faim (la plus longue jamais menée par un prisonnier palestinien), puis par la prisonnière Hana al-Shalabi (23 ans) qui a jeûné pendant 44 jours avant d’être déportée à Gaza, le mouvement prend une ampleur inégalée. Tous les prisonniers emblématiques de toutes les factions palestiniennes se joignent à cette grève de la faim. Plusieurs d’entre eux sont dans une situation médicale critique.
Les autorités carcérales qui connaissent la force de la résistance des prisonniers et les importantes victoires qu’ils ont remportées suite à leurs grèves de la faim, redoublent de violence pour réprimer le mouvement : transferts collectifs de prisonniers afin de briser la grève, confiscation des objets personnels, y compris vêtements et couvertures, coupure de l’eau chaude dans les cellules et suppression de tous les équipements.
Mais les prisonniers ne cèdent pas au chantage et aux pressions. Plus que tous, ils incarnent la Résistance du peuple palestinien et sont déterminés à se battre jusqu’à la victoire et à la libération.
Comme le déclarait récemment Khader Adnan, « aucune force dans le monde ne peut briser la volonté d’un humain ou d’un peuple, lorsqu’il décide d’aller jusqu’au bout, c’est la victoire ou le martyre, qui est également une victoire encore plus immense ». Telle est la signification profonde du combat mené par tous les prisonniers dans les geôles sionistes et par l’ensemble du peuple palestinien.
Il y a actuellement 4700 prisonniers palestiniens et arabes dans les geôles sionistes. Leur résistance fait partie intégrale du mouvement de libération de la Palestine *.
Le Comité Action Palestine apporte tout son soutien à la Résistance des prisonniers palestiniens et arabes, ainsi qu’à leur libération inconditionnelle, revendication centrale de la cause palestinienne. Il dénonce également la supercherie du discours des puissances occidentales qui disent vouloir protéger les peuples en intervenant en Libye, et fort probablement bientôt en Syrie, et qui soutiennent et collaborent à la politique criminelle d’Israël envers le peuple palestinien, qualifiant même l’entité sioniste de « grande démocratie et d’Etat de droit ».
* La résistance ne s’emprisonne pas. Calendrier Palestine Libre 2011 du Comité Action Palestine.www.comiteactionpalestine.org
print