174 vues
image_pdfimage_print

Calendrier Palestine Libre 2017 « Palestine, terre des martyrs »

« La cause palestinienne n’est pas seulement la cause des Palestiniens, mais la cause de chaque révolutionnaire où qu’il se trouve, car c’est la cause de tous les peuples exploités et opprimés de notre temps » Ghassan Kanafani.

        Plusieurs centaines de militants arabo-musulmans ont donné leur vie en combattant l’entité sioniste et ont été la cible de sa politique d’assassinats extraterritoriaux. L’armée d’occupation n’a jamais hésité à intervenir directement pour éliminer des responsables de la résistance libanaise comme les membres fondateurs du Hezbollah tels que Cheikh Ragheb Harb (16 février 1984) et Sayed Abbas Moussaoui (16 février 1992), ou ses grands chefs militaires, Imad Moughniyeh (12 février 2008) et Samir Kuntar (21 décembre 2015). Bien qu’officiellement non impliqué dans le conflit syrien, Israël a mené plusieurs opérations aériennes tuant des combattants libanais parmi lesquels Djihad Moughniyeh, et iraniens comme le Général Mohammed Ali Allahdadi en janvier 2015.

Mais c’est le Mossad, agence chargée du renseignement et des affaires « spéciales » à l’étranger, qui est le responsable reconnu ou supposé de la plupart des assassinats d’opposants à l’entité sioniste. Cette pratique a été initiée par Golda Meir dans les années 60 comme méthode de déstabilisation et de guerre psychologique contre les mouvements de résistance.

Parmi tous ces martyrs arabes, l’Irakien Basil al Kubeisi, membre du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), est assassiné le 5 avril 1973, ainsi que Mohamed Boudia, algérien, ancien membre du FLN et membre du Fatah palestinien le 28 juin 1973. L’agence de renseignements de l’entité sioniste est également désignée comme responsable de l’élimination des combattants du Hezbollah Hassan Hawla al-Lakiss le 2 décembre 2013 et Mustafa Badreddine le 13 mai 2016 ; sa responsabilité est établie pour l’assassinat du Général Mohammed Suleiman, un haut conseiller militaire et sécuritaire syrien, le 1er août 2008. Au-delà des hommes politiques et des combattants de la liberté, de très nombreux scientifiques libanais, irakiens et iraniens comme Massoud Ali Mohammed et Majid Shariari sont morts dans des attentats attribués au Mossad, car ils étaient considérés comme une menace pour l’entité sioniste.

Dans la longue liste des personnes ayant versé leur sang pour la libération de la Palestine, ces quelques noms rappellent que l’entité sioniste est terroriste par essence. Ces martyrs sont le symbole de la centralité de la cause palestinienne dans le monde arabe et le monde des révolutionnaires. Leurs noms sont gravés dans nos mémoires, car ils sont les exemples du sacrifice de soi pour la liberté.

Comité Action Palestine

print