2 007 vues
image_pdfimage_print

Comité Action Palestine – mai 2017

Alors qu’Emmanuel Macron vient juste d’être élu président de la République, l’investiture des candidats aux législatives pour le mouvement « En Marche » trace clairement la ligne qui sera suivie par le nouveau chef de l’Etat quant aux relations avec Israël. Quatre candidats ont été écartés à la demande du CRIF et de la LICRA pour leurs positions pro-palestiniennes. Par ailleurs, il avait été envisagé que le directeur de « l’association pour le bien-être du soldat israélien » soit investi dans la 5ème circonscription des Hauts de Seine.

Issu de la Banque Rothschild qui a financé le colonialisme en Palestine dès la fin du XIXème siècle, Emmanuel Macron est le Président voulu par les grands groupes financiers et industriels qui orientent la politique étrangère actuelle, fondée sur un soutien inconditionnel à Israël. Depuis un siècle, cette politique est constante.  Son prédécesseur, François Hollande, a déclaré son amour pour Israël et n’a pas hésité à interdire des manifestations de soutien aux Palestiniens lors de la dernière guerre de Gaza. Emmanuel Macron a d’ailleurs annoncé lors de la campagne présidentielle, qu’ « il ne servait à rien de reconnaître un Etat palestinien ».

Sous prétexte de faire barrage au « fascisme », des pro-palestiniens de façade ont appelé à voter pour le candidat d’« En Marche ». Ils ont ainsi donné de la légitimité à un allié du sionisme, mouvement politique dont les méthodes et la violence n’ont rien à envier au fascisme historique. Effrayés par le Front National, ils ont oublié nos frères de Palestine spoliés, massacrés, emprisonnés par les sionistes. Par un calcul de court terme, ils ont privilégié leurs propres intérêts en sacrifiant ceux des Palestiniens.

Dans un contexte où la criminalisation de l’antisionisme sera plus que jamais la règle, le Comité Action Palestine estime que le soutien au peuple est un principe non-négociable, qu’il doit être total et inconditionnel. Il rappelle que son action repose sur un anticolonialisme sans concession et qu’il soutient de manière inconditionnelle la lutte des prisonniers palestiniens et la résistance populaire pour la libération de la terre arabe de Palestine.

print