3 104 vues
image_pdfimage_print

Conférence-débat avec Said BOUAMAMA,

organisée par le COMITE ACTION PALESTINE,

le 29 avril 2015 à 20h00, Athénée municipal, place St Christoly, Bordeaux

(Tram A et B, arrêt Hotel de Ville)

 

Si le Comité Action Palestine milite depuis sa création pour le soutien politique inconditionnel à la résistance du peuple palestinien, il considère aussi que ce soutien passe par le combat ici en France contre le sionisme et contre toutes les formes d’attaque visant à stigmatiser ou à criminaliser ceux qui expriment leur solidarité avec cette cause.  En effet, le contexte français est marqué depuis le début des années 2000 par le développement conjoint d’une nouvelle islamophobie et par les atteintes croissantes de la liberté d’expression. L’islamophobie, propagée à grande échelle dans la société française par la classe politique et ses relais médiatiques, est une idéologie qui vise à isoler et à museler la minorité arabo-musulmane parce que sa condition fait d’elle une catégorie contestataire politiquement et solidaire de la cause palestinienne. C’est ainsi que si l’islamophobie d’Etat a principalement reposé sur l’instrumentalisation de la laïcité, la classe politico-médiatique puise dorénavant aussi dans le registre identitaire. Dans la même optique, pour empêcher ou criminaliser les formes de solidarité avec le peuple palestinien ou toute dénonciation du climat islamophobe, l’on a vu se développer les restrictions à la liberté d’expression. Et c’est le climat islamophobe installé par les élites qui permet de justifier que l’on interdise les manifestations pro-palestiniennes de juillet 2014, que l’on condamne des artistes, des militants associatifs ou de simples citoyens pour leurs propos.

Sur les questions de l’islamophobie et de la liberté d’expression, le Comité Action Palestine avait déjà organisé en 2011 un forum et en 2014 une conférence. Le 29 avril prochain, dans le cadre d’un débat public, le sociologue Saïd Bouamama analysera les problèmes liés à la liberté d’expression, l’islamophobie et le racisme.

print