4 552 vues
image_pdfimage_print

Prise de paroles du Comité Action Palestine (rassemblement du 13 mai)

Le 14 mai 1948, jour de la « création de l’Etat israélien », est commémoré par les Palestiniens comme la Nakba, la Catastrophe. L’entité sioniste s’est construite sur une épuration ethnique sans précédent qui consista à massacrer et expulser 90% de la population autochtone : le peuple palestinien. Cinq cents villages détruits, 800 000 Palestiniens expulsés de leurs terres, de très nombreux massacres, les sionistes franchissaient alors une étape majeure dans leur projet colonial entrepris dès la fin du XIXème siècle. Mais la Nakba ne s’est pas arrêtée en 1948.

Depuis plus de 75 ans, la judaïsation de la Palestine, l’épuration ethnique et le vol de la terre se poursuivent à marche forcée, avec le soutien total des puissances impérialistes. Les Palestiniens, hommes, femmes, enfants sont assassinés au grand jour, les prisonniers torturés, leurs maisons détruites, leurs terres volées, leurs lieux de cultes spoliés, leur dignité bafouée. Jamais un crime ne fut autant légitimé, légalisé, applaudi. Jamais un crime n’a rassemblé et coalisé autant de nations, révélé tant d’hypocrisie et de trahison pour écraser un peuple. Sur la Nakba s’est établi un crime nommé Israël.

Mais, en 75 ans les choses ont beaucoup changé, et malgré toutes les tentatives sionistes de le rayer de la carte, le peuple palestinien a toujours résisté et il est toujours debout plus déterminé que jamais à libérer sa terre.

Au cours des 20 dernières années et depuis la défaite cuisante de l’Etat sioniste au Liban en 2000, le mythe de son invincibilité est tombé. Toutes les attaques qui ont suivi au Liban ou à Gaza se sont soldées par une succession de défaites. Aujourd’hui l’équation a radicalement  changé. Face à une occupation toujours plus faible politiquement et militairement, la résistance palestinienne révèle quant à elle sa force grandissante et son unité. Les derniers mois en Cisjordanie et surtout les derniers jours depuis Gaza en sont la démonstration. La peur et la terreur ont changé de camps. La résistance montre qu’elle est capable d’atteindre les colons où qu’ils se trouvent en Palestine occupée, et d’engendrer le chaos chez l’occupant.  Par ailleurs les nouvelles alliances stratégiques au Moyen Orient fragilisent encore plus l’entité coloniale que peut maintenant être attaquée sur plusieurs fronts.

Même si plusieurs responsables de la résistance sont déjà tombés en martyrs, c’est elle qui fixe dorénavant les règles d’un éventuel accord de cessez-le-feu qu’il ne s’agit plus de brader.  Toutes les forces  et toutes les factions palestiniennes sont déterminées à aller jusqu’au bout de la bataille.

Oui bien sûr l’occupant réussit à éliminer des résistants, mais pas la résistance. Oui il massacre des hommes, des femmes et des enfants, et on compte déjà plus de 30 martyrs depuis 4 jours, dont 6 enfants et 4 femmes, mais ce faisant il renforce la vitalité révolutionnaire du peuple palestinien. Tant que la révolution vivra, elle trouvera des Hommes à la hauteur pour la conduire sur le chemin de la libération.

En ce jour de commémoration de la Nakba, rendons hommage à cette résistance héroïque, rendons hommage à ce peuple qui combat l’injustice que lui impose le monde depuis 75 ans, rendons hommage à ses prisonniers qui mènent un double combat pour la liberté,

Parmi eux, citons en particulier Khader Adnan ce prisonnier qui a mené une grève de la faim de plus de 80 jours pour dénoncer sa nième détention arbitraire et les sionistes ont laissé mourir de faim. La restitution de sa dépouille à sa famille est une des conditions sine qua non du cessez le feu. Citons également notre camarade Georges Ibrahim Abdallah, ce militant antisioniste libanais, enfermé dans les geôles françaises depuis près de 40 ans et dont la détention  symbolise à elle seule le sionisme de l’Etat français et le soutien sans failles de ce dernier aux crimes d’Israël.

Rendons hommage à ses martyrs qui tombent chaque jour pour que vive la Palestine. Seule la lutte paye, les Palestiniens nous le démontrent chaque jour. Après 75 ans d’oppression, la libération s’avance à grands pas !

Vive la Palestine, force et honneur au peuple palestinien.

print