L’Entité sioniste tombe dans le piège du Hamas

1 071 vues
le 31/1/2008 8:11:27 (929 lectures)

 

Article du Dr. Mohammed Ishaq Ar-Rifi paru sur le site du CPI le 28 janvier 2008 . L’auteur est professeur à l’Université Islamique de Gaza.


Le mouvement de la résistance islamique Hamas a réussi à transformer les crimes sionistes pratiqués contre la bande de Gaza en un cauchemar très gênant pour le régime sioniste, notamment dans le domaine des relations publiques. Le Hamas a pu en profiter pour ramener vers des niveaux bien élevés sans précédents la réaction populaire arabo-islamique quant à la cause palestinienne, et pour mettre sous la lumière du jour les points faibles de cette entité usurpatrice.

alqassamL’affaire a débuté avec les roquettes Al-Qassam, de fabrication locale, tirées par les résistants en réplique aux agressions sionistes perpétuelles menées contre notre peuple. Toutes les tentatives de l’occupation sioniste pour empêcher les résistants de les lancer ont reconnu un échec crucial. Les roquettes deviennent une menace stratégique pour la sécurité sioniste et une vraie crise pour tout le régime sioniste.

C’est dans ce climat que Dany Ayaloun, l’ancien ambassadeur israélien auprès des Etats-Unis d’Amérique, déclare que le régime sioniste est bien tombé dans le piège du Hamas. Ce régime vit actuellement une vraie catastrophe dans le domaine des relations publiques. « C’est un échec concluant et une vraie catastrophe dans le domaine des relations publiques ; nous avons désormais perdu notre capacité de réplique ».

Concrètement, quoique qu’elles soient simples et de fabrication artisanale, les roquettes d’Al-Qassam ont rendu fou le régime sioniste. Il a perdu son équilibre. Ses réactions devenaient démesurées. Dès lors, il est tombé dans son propre piège qu’il avait tant évité. En fait, il avait pu esquiver les blâmes de l’opinion publique internationale contre son blocus militaire et économique dirigé contre la bande de Gaza depuis que le gouvernement légitime du Hamas avait contrôlé la Bande.

Les pratiques sanguinaires, sauvages et très mal calculées contre Gaza ont engendré des réactions populaires arabo-islamiques des plus ardentes. Les réactions sont venues exprimer leur soutien au peuple palestinien assiégé, exprimer leur colère contre les positions agressives de l’administration américaine, exprimer leur indignation devant le silence arabe officiel. Elles expriment également leur condamnation de la position tolérante de la communauté internationale envers l’Entité sioniste, ainsi que sa position négligente envers la souffrance du peuple palestinien, une souffrance qui avait commencé il y a plus de soixante années.

Les missiles d’Al-Qassam ont non seulement provoqué une crise sécuritaire et un grand affolement chez les colons sionistes, mais elle ont de plus réussi à déplacer la crise au coeur de l’Entité sioniste et à démontrer au monde entier que cette Entité avait perdu sa force de dissuasion. En effet, elle avait échoué à réoccuper la bande de Gaza. Elle avait échoué à stopper les roquettes.

De plus, la forte réaction populaire arabo-islamique a restauré un climat positif permettant de détruire une grande partie du mur installé sur les frontières entre Gaza et la ville égyptienne de Rafah. Des dizaines de milliers de Palestiniens ont afflué vers le pays frère d’Egypte. Cet afflux a démontré au monde entier la dureté du blocus américano-sioniste qui frappe Gaza. Il a aussi découvert l’image sauvagement affreuse de l’Entité sioniste et de ses alliés.

Le plus important dans cette affaire reste le refus des Palestiniens de la Bande de récompenser l’ennemi américano-sioniste pour leurs assassinats, leurs crimes, leur blocus. Ils ont déçu l’adversaire, en ne cédant pas aux provocations menées contre le Hamas. Tout au contraire, ils l’ont entouré et l’ont soutenu davantage. Ils ont exprimé leur foi en la résistance qui reste le seul moyen légitime pour récupérer leurs droits. Ils ont mis en échec la politique de sanction collective pratiquée par les Sionistes contre notre peuple. Cette affaire était l’occasion pour que notre peuple de la Bande, de la Cisjordanie, des territoires occupés en 1948 et partout ailleurs, d’exprimer l’unité de leur destinée et d’exprimer son attachement au choix de la résistance contre l’occupation.

Sans aucun doute, la réussite des Palestiniens de la Bande à détruire certaines parties du mur sioniste représente un pas osé et important vers une levée totale du blocus et vers la libération de l’occupation et de ses chaînes, surtout vers une fin de l’exploitation de l’occupant des souffrances de notre peuple pour casser sa volonté et briser son attachement à ses droits et à ses principes.

Ainsi, l’équation que le régime sioniste voulait imposer à notre peuple a échoué : soit continuer dans ses souffrances, soit accepter un Etat purement juif sur les ruines de la Palestine. Cet échec conduira sûrement vers un autre échec : l’échec de provoquer tout le peuple contre le mouvement du Hamas au profit de l’équipe d’Oslo-Annapolis et au profit d’une mainmise du Fatah sur Gaza. Ces échecs représentent évidemment un coup de qualité donné à l’opération d’Annapolis et au plan américano-sioniste en général.

Aujourd’hui, le régime sioniste vit une crise profonde sans précédent au niveau des relations publiques. Ses relations avec l’Egypte se sont bien détériorées. Et il est bien déçu de voir échouer ses pressions sur le gouvernement égyptien afin qu’il rende encore plus hermétique le blocus contre Gaza et afin qu’il contribue à entretenir sa sécurité. Sa grande déception vient de voir se dissiper son espoir d’une normalisation avec certains pays arabes et musulmans, sur le court et long terme.

En somme, le mouvement du Hamas a tracé pour la nation, toute la nation, le chemin de la libération de la domination américano-sioniste. Cette domination ne peut vaincre le peuple palestinien, prendre sa terre, liquider ses droits, l’humilier, sans l’appui du système arabe officiel, sans la participation de quelques Palestiniens aux agendas et aux plans de l’occupant. Le Hamas a démontré que l’ennemi n’a plus la force de se protéger, en dépit de toutes ses armes nucléaires et ses armes de destruction massive. Le mouvement a démontré que la mise en action des peuples arabo-islamiques reste le seul chemin à emprunter pour libérer la Palestine et pour mettre un terme à la domination américaine dans notre région.

Dr. Mohammed Ishaq Ar-Rifi


Source et traduction
 
Centre Palestinien d’Information

 

print