2 287 vues
image_pdfimage_print

Comité Action Palestine (juillet 2016)

Suite aux attentats qui se multiplient sur le sol européen, notamment en France depuis le début de l’année 2015, l’entité sioniste est montrée par les médias et certains hommes politiques comme le modèle à suivre en matière de sécurité des personnes et des Etats. « Il faut israéliser notre sécurité » déclare ouvertement l’ancien Ministre de la Défense Hervé Morin. Israël aurait une longue expérience du terrorisme et serait expert en matériels et procédures pour protéger ses « citoyens ».

Déjà très présente par le biais de ses entreprises qui assurent la sécurité de certains grands événements comme l’Euro 2016, l’entité sioniste se saisit de l’opportunité « terroriste » en Europe pour développer la coopération sécuritaire avec les pays occidentaux. Sa stratégie n’est pas nouvelle, elle la met en œuvre depuis les années 80 sur le continent africain. L’objectif est double : il s’agit d’une part de normaliser une image d’Etat comme les autres et confrontés aux mêmes problèmes sécuritaires, et, in fine, de multiplier les soutiens diplomatiques afin de légitimer sa politique coloniale et répressive. Le second objectif, mais non le moindre, est économique et financier. Israël est l’un des plus grands fabricants mondiaux d’armes et de matériels de surveillance qui doivent trouver de nouveaux débouchés. Les attaques perpétrées dans les pays occidentaux, des marchés bien plus importants que ceux des  Etats africains, sont une aubaine. Par ailleurs pour les sionistes européens, le parallèle permet de stigmatiser spécifiquement la population d’origine arabo-musulmane et d’en faire un bouc-émissaire commode, en l’absence d’une alternative crédible à proposer à la société.

Si Israël est bien expert en terrorisme et en « gestion sécuritaire », c’est avant tout au titre d’entité coloniale. Le terrorisme est d’abord celui qui a donné naissance à cet Etat et dont il a fait son arme la plus redoutable contre la résistance du peuple palestinien. Il faut rappeler qu’avant 1948, l’organisation armée sioniste Irgoun, dont l’un des responsables a été Menahem Begin, a commis de très nombreux massacres et attentats, dont le plus connu est celui de l’Hôtel King David en 1946 à Jérusalem, qui a causé la mort à plus d’une centaine de personnes. Le terrorisme d’Israël, c’est aussi l’expulsion forcée de 800 0000 Palestiniens et la destruction de plus de 500 villages au moment de la création de l’Etat sioniste. C’est encore et toujours l’ensemble des opérations, des attentats et des assassinats de leaders politiques commis par le Mossad dans le Monde entier. Sa politique en matière de « sécurité » consiste avant tout en une répression féroce des Palestiniens par tous les moyens disponibles. On compte plus de 700 000 Palestiniens emprisonnés depuis 1967, une généralisation de la torture et des procédés violents pour contraindre la population palestinienne à la soumission.

Au-delà du discours qui vise à normaliser cet Etat terroriste et criminel, c’est ce modèle synonyme d’arbitraire répressif et colonial que les sionistes européens voudraient imposer à nos sociétés. Face à cela, les populations, notamment celles d’origine arabo-musulmane, n’ont qu’un seul choix, celui de s’organiser et résister en suivant, quant à elles, le modèle des peuples en lutte.

print