407 vues
image_pdfimage_print

Sucomandante Marcos, Mexique 4 Janvier 2009

Calendrier Palestine Libre 2016 « Palestine: la boussole des opprimés »

[…] Pas tellement loin d’ici, en un lieu qui s’appelle Gaza, en Palestine, au Moyen-Orient, une armée fortement armée et entrainée, celle du gouvernement d’Israël, continue de semer la mort et la destruction. […]

Selon les photos des agences de presse, les points névralgiques détruits par l’aviation du gouvernement d’Israël sont des maisons habitées, des abris, des édifices civils. Nous n’avons vu aucun bunker, ni quartier général, ni aéroport militaire, ou batteries de canons dans ce qui a été détruit. Donc nous autres, pardonnez notre ignorance,  pensons que, soit les artilleurs des avions visent mal, soit il n y a aucun point militaire névralgique à Gaza.

Mais attendez! Il se peut aussi que ces hommes, ces femmes, ces enfants, ces vieillards soient considérés comme des soldats ennemis par le gouvernement d’Israël et, pour cela, les maisons et les édifices qu’ils habitent sont des casernes qu’il faut détruire.

Et la garnison ennemie qu’il faut encercler, assiéger et détruire à Gaza, n’est autre chose que la population palestinienne elle-même. Et l’assaut ne sert qu’à anéantir cette population. Et que quiconque, homme, femme, enfant ou vieillard qui cherche à s’en échapper, à se cacher de l’assaut sanglant sera pourchassé par le nettoyage et les militaires pourront affirmer : mission accomplie. […]

Peut-être que notre pensée est trop simpliste, sans nuance et qu’il nous manque des informations, mais selon nous, les Zapatistes, il y a à Gaza une armée professionnelle qui assassine une population sans défense. …]

Ensuite se passera ce qui doit se passer. Le gouvernement d’Israël déclarera qu’il a asséné un dur coup au terrorisme, cachera à son peuple l’ampleur du massacre. Les grands producteurs d’armes auront obtenu un nouveau souffle économique pour affronter la crise et l’opinion publique mondiale, cette chose malléable et toujours à la mode, se tournera vers d’autres sujets.

Mais ce ne sera pas uniquement cela. Le peuple palestinien va résister et survivre. Il continuera la lutte, et continuera d’avoir la sympathie des peuples opprimés pour sa cause.

Et peut-être qu’un ou une enfant de Gaza survivra aussi. Peut-être qu’il ou elle grandira, et avec lui, le courage, l’indignation, la rage. Peut-être deviendra-il soldat ou membre de l’un des groupes de résistance en Palestine. Peut-être combattra-t-il contre Israël. Peut-être portera-t-il un fusil. Peut-être s immolera-t-il avec une ceinture de cartouches de dynamite autour de la taille.

Et alors, là-bas, en haut ils écriront sur la nature violente de ces Palestiniens et feront des déclarations pour condamner cette violence et s’en retourneront discuter de sionisme et d’antisémitisme.

Et alors personne ne demandera qui a semé ce qu’on récolte.

Au nom des hommes, des femmes, des enfants et des vieillards de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale.

 

Né en 1957, le sous-commandant Marcos a été jusqu’en 2014 le dirigeant et porte-parole de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale, groupe armé révolutionnaire mexicain dont les membres sont actifs au Chiapas.

print