193 vues
image_pdfimage_print

Comité Action Palestine, le 4 mai 2024

Jean Jaurès disait : « Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage ». En Palestine, le sionisme porte en lui le génocide comme la nuée porte l’orage. A grand renfort de propagande mensongère dans tous les grands médias occidentaux et de normalisation avec des Etats arabes, les sionistes tentaient de faire oublier qu’« Israël » a été fondé sur l’épuration ethnique et le massacre à grande échelle. Le big bang politique du 7 octobre a agi comme un révélateur : « Israël » est bien une machine conçue pour anéantir le peuple palestinien.

Le génocide est le mode d’existence de l’entité sioniste. Il est le mode opératoire expéditif pour tenter d’instaurer définitivement la terreur sioniste dans le monde arabe. Avec une logique routinière et une froideur sans égale, les « Israéliens » commettent des crimes contre l’humanité avec l’approbation et le soutien sans fard des puissances occidentales. Les valeurs morales occidentales et le droit international ont été écrasés par le bulldozer « israélien ». « Israël » n’a pas constitué une force militaire gigantesque pour faire la paix mais bien pour réaliser ce pour quoi il a été créé : croitre en volant des terres et en supprimant les Palestiniens. « Israël » tel qu’il est, sans ses oripeaux démocratiques, nu, monstrueux est un acquis du 7 octobre. Cette prise de conscience à l’échelle de l’humanité, on la doit à ces résistants palestiniens héroïques qui combattent dans le ventre de la bête.

En tuant sans distinction, hommes, femmes, enfants, en détruisant les hôpitaux, les écoles, les mosquées, les monuments, avec l’armement livré par des puissances occidentales, l’idée de « démocratie » à l’occidentale a été enterrée dans les ruines de Gaza. Les Palestiniens et les peuples du Sud savent dorénavant que derrière les belles valeurs et les bons mots, les pays du Nord capitalistes ne sont guidés que par le calcul égoïste et le froid intérêt. L’Occident n’a pas changé. Comme aux 18ème et au 19ème siècles, l’appât du gain lui fait commettre les pires atrocités contre les peuples. Dans sa furie guerrière, il n’a même pas conscience qu’il est en train de saper ses propres bases en même temps qu’ils sapent les bases des institutions internationales. L’ONU, la Cour Internationale de Justice et maintenant la Cour pénale internationale parlent dans le vide. « Israël » est une exception. Il a le droit de commettre un génocide.

Au sein même des pays occidentaux, la prise de conscience a fait un grand bond. Les étudiants américains et français en font les frais. Informés et connectés, les jeunes étudiants ont une conscience claire de ce qui se trame en Palestine. Leur protestation légitime leur vaut d’être arrêtés, emprisonnés et criminalisés.  Dans une sorte de renversement des responsabilités, aujourd’hui le criminel est celui qui, au nom des « valeurs démocratiques », alerte les consciences sur le génocide en cours en Palestine. Le monde marche sur la tête. Demander un cessez-le-feu ou appeler à sauver des enfants est un crime. Cette répression, qui se généralise, a commencé dès le lendemain du 7 octobre. Dans les quatre coins de la France, gare à celui qui soutient la résistance légitime du peuple palestinien ! Il est marqué au fer rouge de l’apologie de terrorisme et de l’antisémitisme. Le génocide en Palestine est en train de tuer la croyance en la démocratie. Il fait dire que la démocratie est un mensonge. Que le seul droit est celui de la force.

Malgré la répression, les intimidations et le mensonge, la résistance ne faiblira pas. Ni en Palestine, ni ici. Il est de notre devoir de dénoncer le crime, de résister à la loi du plus fort et du règne de l’argent-roi. Il faut remettre le monde sur ses pieds. Il faut se battre pour la justice aux côtés des opprimés.

Palestine vivra, Palestine vaincra !

Image : Said Hassan, artiste palestinien @said_hassan

print