378 vues
image_pdfimage_print

Comité Action Palestine, le 25 Novembre 2023

Depuis le 7 octobre, Gaza est le lieu du pire et du meilleur de l’humanité.

Commençons par le pire : une armée de 2,4 millions de soldats largue l’équivalent de 3 bombes nucléaires sur des femmes et des enfants ; cette même armée danse et chante pendant que des bébés meurent asphyxiés faute d’oxygène ; cette armée va jusqu’à voler les corps des martyrs dans la morgue des hôpitaux. Quelle armée au monde fait ça ? En 47 jours, 253 écoles détruites, 80 mosquées bombardées, 64 journalistes tués, 206 médecins/infirmières tués, 236 agents de santé tués, 22 hôpitaux bombardés, 55 dispensaires détruits, 46 ambulances bombardées. Quelle armée au monde fait ça ? Sinon l’armée israélienne ! Quand une centaine de médecins israéliens appellent ouvertement à bombarder les hôpitaux de Gaza, peut-on encore dire qu’Israël a une place au sein de l’humanité ? 

Face à cet ennemi sans foi ni loi, les Palestiniens montrent le meilleur de l’humanité. Chaque jour, ce peuple fait preuve d’une détermination, d’un courage, d’une solidarité et d’une résilience extraordinaires pour lutter contre la violence coloniale qui tente de l’anéantir. Le peuple palestinien livre actuellement une bataille héroïque à Gaza. Il sait qu’il n’y a pas de liberté sans résistance, pas de justice sans résistance, et que sans la justice il n’y aura pas de paix.

Malgré les moyens militaires colossaux, l’occupant sioniste ne parvient toujours pas à vaincre GAZA, ce cœur battant de l’humanité libre, qui est objet d’admiration sur tous les autres fronts de la résistance en Palestine et dans les pays arabes.

Depuis le 7 octobre, plus de 250 Palestiniens ont été assassinés en Cisjordanie. Dans ce territoire palestinien, les colons et l’armée sioniste utilisent tous les moyens pour expulser les Palestiniens et voler leurs terres. L’épuration ethnique se poursuit avec la complicité des Occidentaux et de nombreux pays arabes qui ne souhaitent rien d’autre que la liquidation de la cause du peuple palestinien. L’autorité palestinienne collaboratrice de Mahmoud Abbas subit de plein fouet les effets de la bataille de gaza. Son maitre sioniste massacre quotidiennement les Palestiniens en Cisjordanie et emprisonne même des cadres du Fatah, tandis que la résistance armée se renforce chaque jour et bénéficie d’un large soutien populaire. Coincée entre la pression populaire palestinienne et la pression de son maître israélien, cette autorité est au bord de l’effondrement.  

Au Liban aussi, l’armée coloniale largue ses bombes sur des enfants, des personnes âgées et des journalistes. Ecoutons le père de la journaliste martyre, Farah Omar, d’Al-Mayadeen : « Je dédie le martyr de ma fille Farah à tous les combattants et martyrs de Gaza et du sud du Liban, ainsi qu’à AnsarAllah au Yémen. Je leur dis à tous : Ne vous relâchez pas. Israël ne connaît que le langage de la force. Chaque fois qu’ils tuent, ils renforcent notre détermination à les combattre. »

Combattre l’occupant, c’est ce que fait chaque jour la résistance libanaise qui exerce une pression constante sur l’entité coloniale, faisant fuir 70 000 colons et forçant l’évacuation de 43 colonies sur le front nord.

Les peuples yéménites, irakiens et syriens ont connu dans leur chair une guerre impitoyable menée par l’Occident et ses régimes supplétifs arabes. En massacrant des centaines de milliers de personnes dans la région ces 20 dernières années, l’Occident y a creusé sa propre tombe.

En toute logique, la résistance yéménite a déclaré la guerre à l’entité sioniste, et use de tous les moyens à sa disposition pour atteindre l’ennemi, en témoigne l’interception en mer rouge d’un navire marchand de propriété israélienne.  

En Syrie et en Irak, la résistance cible chaque jour les Américains et leurs bases dans la région, justement perçus comme les parrains de la créature sioniste.

A cette mobilisation armée s’ajoutent les différentes formes de résistance des peuples arabes, de la manifestation au boycott, mettant la pression sur leurs régimes corrompus afin qu’ils stoppent leurs relations avec l’entité usurpatrice. Partout dans le monde, les peuples sont du côté des Palestiniens. La dynamique d’isolement des sionistes prend tous les jours plus d’importance. Alors il ne faut rien lâcher. Dans cette lutte, le peuple de Gaza trace le chemin à suivre. Pas de justice, pas de paix !

Palestine Vivra, Palestine Vaincra

Dessin : Raed Al-Qatanani

print