884 vues
image_pdfimage_print

Comité Action Palestine (juillet 2015)

Le 9 juillet 2015, le Festival des Hauts de Garonne s’ouvrira avec la prestation d’une chanteuse israélienne. Le site officiel du Festival la présente ainsi : « israélienne d’origine éthiopienne ayant déménagé enfant en Israël où elle a grandi dans une famille juive très religieuse ». Toujours d’après ce site, elle puiserait son inspiration dans cette « double culture ». Une simple recherche sur internet révèle que cette personne est née à Kyriat Arba, une colonie juive implantée dans la banlieue de la ville palestinienne d’al-Khalil (Hébron), en pleine Cisjordanie (Palestine occupée en 1967). Le Festival des Hauts de Garonne met donc à l’honneur une représentante de la politique coloniale sioniste en Palestine, en soulignant, entre autres, la religiosité de sa famille. Pourtant, les organisateurs de ce festival prétendent que leurs spectacles partagent la philosophie de la laïcité et de l’égalité. Il est vrai qu’ « israël » est un symbole de laïcité, de fraternité et d’égalité…Un Etat colonial qui se définit comme juif et uniquement juif et dont les textes constitutionnels (Loi fondamentale) s’inspirent de la bible…Un an après le massacre à Gaza, c’est sans doute une façon de mettre à l’honneur un Etat qui ne recule pas devant le crime de masse…

Le 9 juillet 2014, l’entité sioniste lançait contre la bande de Gaza une guerre parmi les plus meurtrières de sa brève histoire. Après 50 jours de bombardements incessants, cette guerre allait laisser plus de 2000 victimes palestiniennes, dont près de 500 enfants et 300 femmes. 70 israéliens sont tués, presque tous des soldats. On compte plus de 10000 blessés dont 3000 enfants, 470 000 déplacés. Des écoles, des hôpitaux, des mosquées, des villes entières sont détruites, rien ne sera épargné aux Palestiniens dans cette guerre asymétrique. Malgré tout, le monde ne pourra que constater la détermination de tous les Palestiniens, unis derrière leur Résistance, à ne rien céder à l’oppresseur sioniste. A travers la programmation de cette chanteuse, on peut noter le « respect » qu’exprime le Festival des Hauts de Garonne pour les peuples du monde !

Mais ne nous étonnons de rien, car il faut aussi se souvenir de juillet 2006. Une représentation théâtrale de la pièce « nous sommes les enfants du camp » par les enfants palestiniens de la troupe al-Rowwad était organisée les 5 et 6 juillet à Cenon par le Comité Action Palestine. Le Festival des Hauts de Garonne, initialement associé à l’organisation, avait pourtant apporté tout son soutien à la Ville de Cenon lorsque celle-ci avait décidé au dernier moment de retirer la mise à disposition de la salle Simone Signoret. Pour cette raison, la Ville de Cenon avait été condamnée par le Tribunal administratif de Bordeaux pour « atteinte à la liberté d’expression ». Aucune surprise donc quant aux choix de programmation du Festival des Hauts de Garonne. Sous couvert de culture, il s’agit en fait de la normalisation d’un Etat raciste.

Le Comité Action Palestine dénonce vivement la collaboration, sous toutes ses formes, avec la politique coloniale sioniste en Palestine. Il appelle tous les habitants de la Rive Droite à manifester leur désaccord face à cette propagande qui ne dit pas son nom. Toute forme de résistance au sionisme est à saluer, notamment en cette date anniversaire des Martyrs de Gaza !

print