Dénonçons le sionisme de l’Etat français : exigeons la libération de Georges Ibrahim Abdallah

1 262 vues
image_pdfimage_print
le 14/2/2012 23:20:00 (763 lectures)

 

Combattant des fractions armées révolutionnaires libanaises, Georges Ibrahim Abdallah s’engage dès la fin des années soixante dans la résistance palestinienne et libanaise contre l’occupation et la colonisation sioniste. Arrêté à Lyon le 24 octobre 1984, il est  condamné à la réclusion à perpétuité pour « complicité » dans l’exécution d’un responsable des services secrets israéliens et d’un attaché militaire états-unien. Il est détenu à la prison de Lannemezan (Ariège). Le 24 octobre 2011, il est entré dans sa 28 année de détention alors que sa peine de sureté est accomplie depuis 1999.

A son sujet, Yves Bonnet, ancien chef de DST Française, a dénoncé récemment dans l’attitude du gouvernement français une « vengeance d’État » et a rajouté : « je considère qu’il avait le droit de revendiquer les actes commis par les FARL comme des actes de résistance (…) IL faut se souvenir du contexte, aussi des massacres de Sabra et Shatila dont les coupables n’ont jamais été punis ».
Comme l’entité coloniale sioniste ou les dictatures les plus brutales, l’Etat français enferme des prisonniers politiques dans les oubliettes de l’histoire. Dans cette affaire, l’Etat français montre une fois de plus son adhésion pleine et entière à ce mouvement colonial et raciste qu’est le sionisme : en témoignent les relations économiques, culturelles et scientifiques toujours plus étroites entre l’Etat français et l’Etat sioniste ; en témoignent aussi  la place faite par l’Etat français à un soldat d’une armée d’occupation après que ce dernier ait été échangé contre 1000 résistants palestiniens détenus dans les geôles sionistes depuis des décennies. Accompagné par ce soldat qu’il avait précédemment reçu à l’Elysée, Sarkozy est allé prêter le 8 février son allégeance au CRIF, lors du diner que ce mouvement de soutien officiel de l’entité sioniste organise annuellement pour les politiques français. Pour Sarkozy l’entité sioniste tient  « du miracle ». La présence du Chef de l’Etat français au diner du CRIF est une preuve supplémentaire qu’au regard de l’Etat français, effectivement toutes les communautés vivant en France ne se valent pas.

Les propos récents de Claude Guéant sur la valeur inégale des civilisations ou l’interventionnisme militaire français en Afghanistan, en Lybie, en Cote d’Ivoire et peut-être bientôt en Syrie sont symptomatiques de la nature de l’Etat français : un Etat colonial et raciste qui se prévaut de la défense des droits de l’homme…

Comme les généraux de la patience, ces prisonniers palestiniens enfermés pendant plus de 30 ans dans les geôles sionistes et récemment libérés contre ce soldat d’occupation, Georges Ibrahim Abdallah, enfermé quant à lui depuis 28 ans dans les geôles française, témoigne de la patience des résistants face à leurs bourreaux. Exiger sa libération c’est dénoncer le sionisme partout où il est en action,  et soutenir le combat de la résistance jusqu’à la victoire de la liberté en Palestine, en France et partout dans le Monde.

Comité Action Palestine

 

print