1 135 vues

le 20/10/2011 20:50:00 (449 lectures)

 

Elles sont les filles de Palestine, intrépides, résolues, patientes. Elles sont la mère, la sœur, la fille et la camarade du martyr, du combattant de la liberté et du prisonnier. Elles sont le martyr, le combattant pour la liberté et le prisonnier . [Reham Alhesi, Palestinienne, originaire d’Al-Qods]

Depuis toujours aux côtés de leurs pères, frères, maris et fils, les femmes palestiniennes résistent et luttent activement pour la libération de leur terre. Elles accueillent et cachent les résistants, passent les messages, mais participent aussi directement aux actions armées. Comme tous les Palestiniens, elles connaissent la même répression sioniste envers les résistants. Mères de familles ou adolescentes, elles sont arrêtées, torturées et condamnées à des peines aussi lourdes que les hommes.

Militantes politiques des différentes organisations palestiniennes, mais aussi simples manifestantes et participantes à des actions de mobilisation de la population, à des grèves ou à la sensibilisation de l’opinion internationale, toute femme palestinienne est susceptible de connaître les geôles du seul Etat « démocratique » au Proche Orient, ceci dans le silence assourdissant de tous les « défenseurs » occidentaux des droits de la femme !!!

Depuis 1967, ce sont 15 000 Palestiniennes qui ont été incarcérées dans les prisons israéliennes, 3000 pendant la première Intifada et plus de 900 pendant la seconde. Depuis le début de la seconde Intifada, les femmes sont arrêtées simplement parce que leurs proches sont recherchés, afin de faire pression sur eux et pour obtenir des informations sur les lieux ou ils se trouvent. Les barbares sionistes n’hésitent pas à les torturer psychologiquement et physiquement ou à commettre sur elles toutes sortes de sévices sexuels, parfois devant leur père ou d’autres membres de leur famille.

Elles sont dans l’ensemble retenues dans la prison d’Asharon ou à Dahmoun. Elles connaissent exactement les mêmes conditions de détention que les hommes. Lorsqu’elles doivent accoucher a l’hôpital de la prison, elles ont également les mains et les pieds attachés et ne reçoivent aucun soin ni avant, ni après.

Mais comme les hommes elles luttent à l’intérieur des prisons et mènent des grèves de la faim très dures et violemment réprimées. Leur identité de prisonnière politique se construit tout comme la cohésion avec la cause nationale et la lutte commune contre l’occupation de la patrie.

En septembre 2010, elles sont donc 36 prisonnières dans les geôles sionistes : 4 sont de Jérusalem, 3 de Palestine de 48, 28 de Cisjordanie, une de Gaza. Sept prisonnières palestiniennes sont mères de famille et cinq d’entre elles sont condamnées à perpétuité. Leur sort est une préoccupation première de la Résistance. Ainsi le 2 octobre 2009, contre l’envoi d’une vidéo du soldat sioniste Shalid détenu par les forces de la résistance, le Hamas remporte une grande victoire en obtenant la libération de 19 d’entre elles.

En août 2010, les Palestiniennes détenues dans les geôles sionistes sont :

– Iman Ghazzawi , de Tulkarem, mère de 2 enfants, condamnée à 13 ans de prison.

– Ibtisam Issawi, de Jabal Al-Mukabbir, mère de 6 enfants, condamnée à 15 ans de prison.

– Ireena Sarahna, du camp de réfugiés Dheisheh, mère de 2 enfants, condamnée à perpétuité

– Qahira As-Sa’di , de Jenin, mère de 4 enfants, condamnée à trois perpétuités + 30 ans

– Latifa Abu Thra’ , de Naplouse, mère de 7 enfants, condamnée à 25 ans de prison, en isolement).

– Muntaha At-Tawil , de Ramallah, mère de 4 enfants, en détention administrative.
– Kifah Jibril, de Ramallah, mère de 2 enfants (en détention administrative).
Certaines prisonnières ont également leurs maris ou leurs frères dans les prisons israéliennes, mais ne sont pas autorisées à leur rendre visite :

Quatorze prisonnières ont aujourd’hui un besoin urgent de traitement médical.

Ces trente six prisonnières seront en principe libérées si l’échange entre le soldat israélien et les 100 prisonniers palestiniens et arabes actuellement en négociation aboutit.

Comité Action Palestine

 

print