Messages de soutien : lettres adressées à la Mairie de Cenon, au Festival des Hauts de Garonne, …

1 087 vues
image_pdfimage_print

Publié: Sun, 16-Jul-2006
Vues: 4165 fois

Nous publions ici les réactions que vous avez envoyées aux responsables politiques, aux responsables du Festival et au journal Sud-Ouest, suite à la décision du conseil municipal de Cenon d’interdire les représentations d’Al Rowwad.

POUR EN SAVOIR PLUS VOIR LE DOSSIER AL ROWWAD

Monsieur le Maire de Cenon
Mesdames, messieurs du Conseil Municipal,
Mesdames, messieurs responsables du Festival des Hauts de Garonne
J’apprends à l’instant votre décision d’annuler la représentation théâtrale d’enfants palestiniens en tournée en France. Cette décision n’a qu’une seule signification : la collaboration avec les forces militaires israéliennes qui bombardent et assassinent le peuple palestinien.
Non seulement vous décidez d’apporter votre soutien à l’occupation d’un pays et à la destruction de son peuple, mais vous refusez que les enfants de ce peuple, qui vivent dans des conditions atroces dans des camps encerclés par l’armée de l’occupation, ne s’expriment pas dans votre commune.
Cette position de collaboration n’est pas à votre honneur, et le peuple palestinien saura en tenir compte lorsque le pays sera enfin libéré.
Au lieu de permettre aux habitants de votre commune et région de faire connaissance avec ces enfants, qui viennent raconter, par la danse et les chants, leur histoire, qui viennent montrer que l’enfance palestinienne est autrement que celle montrée par le mouvement sioniste et les services israéliens en France, vous contribuez à l’ignorance de vos électeurs et refusez de leur donner la possibilité de connaître objectivement la situation.
Honte à la collaboration avec l’occupation !
Honte au muselage des enfants palestiniens !
Honte au maintien de l’ignorance dans un pays qui se veut éclairé !
R. O.

Monsieur le Maire de Cenon,
Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux de Cenon,
Mesdames et Messieurs les responsables du festival des Hauts de Garonne,
J’apprends à l’instant avec tristesse et indignation votre décision d’annuler la représentation théâtrale d’enfants palestiniens en tournée en France. Cette décision n’a qu’une seule signification: la collaboration avec les forces militaires israéliennes qui bombardent et assassinent le peuple palestinien, qui perpètrent chaque jour une politique de colonisation contraire aux résolutions du Conseil de Sécurité de l’O.N.U. Et aux Conventions de Genève.
Non seulement vous décidez d’apporter votre soutien à l’occupation d’un pays et à la destruction de son peuple, mais vous refusez que les enfants de ce peuple, qui vivent dans des conditions atroces dans des camps encerclés par l’armée de l’occupant israélien.
J’ai participé il y a deux ans à l’accueil des enfants de la troupe d’Al Rowwad à Douarnenez. J’ai été enrichi par leur présence, par leur humour et par leur joie de vivre, en même temps que par leur détermination pour faire connaître leur situation et celle de leur peuple. Lors de représentations de leur spectacle à Douarnenez et à Quimper, je les ai vus avec émotion décrire avec talent et sobriété par le jeu théâtral ce qui est leur vie quotidienne. A aucun moment je n’ai entendu de parole de haine contre l’occupant de leur terre. Par contre je suis révolté de vous voir céder si facilement aux forces de haine et de mépris envers les Palestiniens et à ceux qui, comme les forces israéliennes en ce moment dans la bande de Gaza, développent une stratégie de la tension permanente pour justifier une politique raciste et colonialiste.
Au lieu de permettre aux habitants de votre commune et région de faire connaître avec ces enfants, qui viennent raconter, par la danse et les chants, leur histoire, qui viennent montrer que l’enfance palestinienne est autre que celle montrée par le mouvement sioniste et les services israéliens en France, vous refusez de donner à vos électeurs la possibilité de connaître objectivement la situation et d’en débattre démocratiquement.
Je n’exprimerai ni mon respect, ni ma considération à ceux qui soutiennent, au moins de fait, par leur décision une politique raciste et colonialiste.
Y. J.

à Monsieur le Maire de la ville de Cenon,
à Mesdames et Messieurs les dirigeants du festival des Hauts de Garonne.
Monsieur le Maire,
Alors que le monde entier devrait défiler dans les rues pour protester contre l’ envahissement honteux et criminel de Gaza par l’ armée israélienne. Alors que nos amis palestiniens de Gaza nous disent israélienne. Alors que les étudiants de Gaza continuent à aller en cours, courageusement à pied, puisque les moyens de transport sont bloqués, j’apprends que, sous la pression de gens aveuglés par leur attachement au gouvernement israélien, qui ne savent même plus ce que le mot « Humanité » signifie, vous venez d’ annuler les deux représentations, des 5 et 6 Juillet, de la troupe des enfants du camp d’ Al Rowwad.
D’ une part, l’ information concernant la situation des Palestiniens se trouve, une fois encore verrrouillée. D’ autre part, comment peut-on s’ opposer, Monsieur le Maire, à une action éducative qui va dans le sens de la Paix ? Ainsi, en empêchant ces enfants de s’ exprimer au travers de la pièce et d’évacuer une partie des douleurs que leur cause l’ occupation, ce sont les chances futures de vivre en Paix que l’ on tue sciemment. C’ est une lourde responsabilité que vous, et le festival des Hauts de Garonne, venez de prendre et je vous prie instamment de revenir sur cette
décision.
M.M.

M. Le Maire,
C’est avec stupéfaction que j’apprends l’annulation de la pièce que devaient jouer ces enfants venus de Palestine, cette terre de souffrances.
Ceci dit, cette décision, dont on sait qu’elle a été prise sous la pression d’organisations communautaires, n’a rien de surprenant, dans la mesure où tout le monde se fiche du sort des palestiniens.
Tout du moins, tant qu’ils ne se font pas exploser dans un autobus, ou à une terrasse de café, car cette fois ci, l’indifférence se transforme en incompréhension et en haine.
Les victimes (les palestiniens) se retrouvent alors dans la peau du bourreau aux yeux des grandes puissances, et du coup peuvent être sujets aux pires exactions sans éveiller la moindre compassion de la part de la communauté internationale.
Alors quoi? Qu’attendons nous de ces palestiniens?
La réponse est à la fois simple et odieuse. En annulant ce spectacle vous empêchez ces enfants de s’exprimer, de nous raconter leurs souffrances. Vous leur faite, ainsi, savoir que vous souhaitez qu’ils meurent en silence, sans absolument aucune résistance. Qu’ils meurent tout simplement!!!
Au delà de la terrible décision que vous avez souhaité prendre, je tenais à vous rappeler le régime dans lequel nous vivons. Nous vivons en République, M. le Maire, et une République n’est composée que de citoyens, tous égaux devant les lois de la République.
Il est ainsi désolant de voir, de la part d’un élu, que vous accordiez un poids si important à une organisation communautaire et dont le leader en mai 2002, s’était réjouit du score de M. Le Pen au deuxième tour.
Alors Monsieur le Maire, nous n’oublierons ni cette annulation qui est une balafre faite à la Liberté d’Expression, ni le fait d’avoir cédé à une organisation communautaire.
Au fond, le communautarisme, comme disait l’autre, C’EST VOUS!!!!
Salutations citoyennes,
K.A.

Bonjour !
Je suis scandalisé par votre décision d’annuler la représentation de la troupe de théâtre Al-Rowwad. Ces enfants ne devraient pas être victimes d’ostracisme ici en France, alors qu’ils réussissent à sortir provisoirement de l’enfer qu’est devenu la Palestine .
Comment avez-vous pu céder au dénigrement de certains, et ajouter une telle gifle au sort terrible que doit subir la population là-bas ? N’êtes-vous pas au courant de leur situation terriblement injuste ?
La France se doit de les soutenir, et non de leur cracher ainsi au visage.
Si vous revenez sur votre décision, vous aurez fait preuve de sagesse, sinon de lâcheté et de mépris injustifié.
Bien à vous.
J-L. M.

Monsieur le Maire de Cenon,
Mesdames, Messieurs du conseil municipal de Cenon,
Mesdames, Messieurs les responsables du Festival des Hauts de Garonne,
J’apprends, à l’instant, l’annulation du spectacle qui devait être joué par les enfants des Camps de réfugiés, à l’heure même où d’aucun s’accorde à qualifier l’attitude des occupants qui agissent en Palestine, et ce avec la complicité de la plupart des dirigeants occidentaux, de « barbare » ( Quotidien Le Temps, Genève, 03 juillet 2006).
Parce que vous n’avez pas de courage, et très peu de principes, vous n’hésitez pas à baisser casaque devant une horde de « sans visage » propre à faire et défaire les réputations, d’inspiration raciste et aux manières qui relèvent de l’extrême droite.
Parce que l’on a su convoquer l’histoire de vos grands-parents, celle de l’antisémitisme, vous avez fait peu de cas de celle de vos enfants, qui mérite tout autant d’être représentée et passer l’examen de nos consciences.
Parce que l’on vous « Devoir de mémoiredise »,vous vous mettez au garde à vous, et collaborez avec les chiens. .. mais vous ne manquerez pas une seule commémoration à la mémoire de Jean Moulin, cela va de soi : vous êtes des résistants de la jaquette et des petits fours.
Quand un jour, vos propres enfants, je l’espère et le souhaite, vous demanderont :
« Qu’as-tu fait à l’heure terrible de Jénine ? Où étiez-vous du Temps de Deir Yacin ? Et quand on a massacré sur les plages de Gaza, cher Papa, Chère Maman, ne me dites pas que vous chantiez l’air du Ah ça ira, ça ira, ça ira, les palestiniens on les pendra …? »
Ce qui rassure d’ordinaire l’esprit du « collaborateur » c’est qu’il n’est pas le seul à baisser sa culotte tout en faisant claquer ses bretelles.
Ce qui sera de nature à rassurer votre petit conseil, c’est qu’à Paris, ce 5 juillet, on inaugurera en catimini, la Place Théodore HERTZL, l’illustre inspirateur de cette tragédie.
Heureusement, La France n’est pas Cenon, quoique Cenon ressemble étrangement à Lisieux ces jours-ci… avec ses indésirables (il semblerait aussi que vous leur refusiez le séjour …? Avez-vous seulement prévenu Mr Arno KLARSFELD … il a fait sa « petite guerre d’Algérie » en Palestine dans les tireurs d’élite, offrez lui quelques guérites).
Heureusement d’autres villes accueilleront ces enfants, envisageront leur histoire et entendront leur légitime revendication, qui se borne à souhaiter vivre dans leur maison, sans la menace d’une quelconque soldatesque, hier anglaise et aujourd’hui sioniste.

Monsieur le Maire,
Mesdames, Messieurs du Conseil,
Mesdames et Messieurs les responsables du Festival des Hauts de Garonne,
Vous savez à présent comment vous vous seriez comportés aux heures les plus sombres de notre Histoire, et cela seulement pour une petite pièce de théâtre… jouée par des enfants.
A.C. ( Genève, le 03 Juillet 2006).
Lettre adressée à la MAISON D’IZIEU MEMORIAL DES ENFANTS JUIFS ASSASSINES 01300 IZIEU
LYON LE 4 JUILLET 2006
A Mme la directrice G.Erramuzpé,
Aux responsables pédagogique ,
Chers amis ,
C’est avec une extrême émotion que j’apprends que ce jour – 4 juillet – un groupe de jeunes lycéens israéliens d’un lycée de Rerovoth est reçu à Izieu.
J’ai – d’une part – en mémoire l’incroyable campagne menée par les institutions juives régionales ces dernières années après que le ministère des Affaires Etrangères ait fait part à la Direction de votre Maison d’un projet de visite de quelques Palestiniens (projet sans suite puisqu’ils n’ont pas reçu de visa pour venir en France ),les conséquences de cette campagne éhontée sur l’avenir même des projets et du merveilleux travail que vous menez.
J’ai aussi sous les yeux ( pièce jointe)l’information de la campagne menée dans certaines régions de France par ces mêmes institutions communautaristes pour que soient annulées les représentations de la troupe d’enfants palestiniens du théâtre d’AL ROWWAD de Bethléem ;
Enfin , alors que ces derniers jours l’armée israélienne mène à Gaza et dans les territoires occupés de Cisjordanie des opérations militaires d’une violence inouïe dont les enfants palestiniens sont les principales victimes ,
Cette visite – fusse –t-elle pédagogique , me paraît déplacée et inopportune.
Le fameux « plus jamais ça ! » n’aurait-il de sens que lorsqu’il s’agirait d’enfants juifs ?
Les enfants palestiniens seraient-ils placés hors du champs de notre compassion ?
Là est toute la problématique de cette politique de « deux poids , deux mesures « pratiquée par nos hommes politiques et nos édiles lorsqu’il s’agit de se déterminer dans cette tragédie en Palestine.
Notre Histoire ne peut et ne doit être prise en otage par ces gens .
Soyez assurés – chers amis – de mes sentiments les meilleurs .
G.G. Enfant caché, Partie Civile au procès de K.Barbie
Courriers adressés le 2 juillet 2006 à P. Duval : mdn@free.fr

Monsieur,
J’ai appris avec consternation l’annulation des deux soirées que devait donner la troupe de jeunes réfugiés palestiniens à Cenon.
Ce faisant, non seulement vous cédez aux pressions communautaristes du CRIF, qui loin de défendre les intérêts moraux de la communauté qu’il prétend représenter, se comporte en courroie de transmission d’Israël, mais de plus vous vous comportez en malotru (c’est un euphémisme). Je n’ose même pas évoquer l’honnêteté intellectuelle, chose qui ne semble partagée ni par vous, ni par la mairie de Cenon, ni par le « journal » Sud-Ouest.
Procéder par amalgame et mensonges, n’a jamais grandi un élu politique, un journaliste ou le responsable d’une structure comme la vôtre.
Autant on peut comprendre un débat politique et des divergences philosophiques, autant la manipulation et l’absence de valeurs élémentaires comme l’empathie envers des enfants réfugiés dont la vie est une enfer (sans doute y-a-t-il des raisons à cela, mais vous semblez refuser de les voir ?!) me semble abject.
Mais plus grave, dans cette affaire vous sanctionnez non pas d’éventuelles associations locales dont vous ne partageriez pas les points de vue (encore faut-il se donner les moyens de lire et d’un débat politique, ce qui demande évidemment un effort et peut-être un certain niveau), mais les principaux intéressés eux-mêmes :
cette troupe théâtrale de jeunes réfugiés de Bethléem. Ils venaient pour faire connaître leur art et à travers cela raconter leur vie et leurs souffrances quotidiennes.
Soit vous êtes naïf et manipulable et c’est préoccupant pour un responsable du Festival des Hauts de Garonne, soit vous êtes conscients des intérêts que vous défendez en prenant ce type de décision, et vous risquez d’avoir à en assumer les conséquences.
Si cela peut vous faire (encore ?) réfléchir, méditez ces deux remarques :
– le gouvernement israélien (complaisamment relayé) monopolise l’arène internationale pour 1 de ses soldats fait prisonnier dans une opération militaire, mais je n’ai jamais entendu aucun des relais, médias, gouvernements , élus et autres partis, faire quoi que ce soit ni s’offusquer pour les…….9000 prisonniers Palestiniens, quotidiennement humiliés, torturés, maltraités, dans les geôles israéliennes, au mépris de toutes les conventions internationales.
– aujourd’hui Israël sème la terreur, se permet d’enlever des représentants élus démocratiquement (imaginez un seul instant la même situation chez nous !), et continue à violer allègrement le droit international ; nos gouvernements, la grande majorité des élus et autres partis regardent faire et se font en outre complices directs de la plus grande crise humanitaire que les Palestiniens aient jamais subie.
En tout état de cause, croyez en ma détermination pour faire largement connaître ce que vous êtes capables de faire : En Palestine les israéliens colonisent, oppriment et massacrent, ici vous baillonnez leurs enfants réfugiés.
xxx

Mairie de Cenon : info@ville-cenon.fr
A l’attention du Maire et du conseil municipal de la ville de Cenon,
Vous avez cru bon d’annuler (qui plus est au dernier moment) les représentations de la troupe de jeunes réfugiés palestiniens Al-Rowwad.
A ce propos, je n’insisterai pas sur la malhonnêteté intellectuelle, les amalgames et mensonges qui truffent aussi bien l’article du « journal » Sud-Ouest que le communiqué de M. P. Duval.
On aurait pu s’attendre à moins grossier de la part d’élus ou de responsables dont le comportement fait plutôt penser aux procureurs des « procès de Moscou » qu’à celui d’un élu responsable doté – à défaut d’une éthique et d’une empathie personnelle – d’un minimum d’intelligence.
Prompt à dénoncer le »communautarisme » (c’est de bon ton…) vous avez foncé tête baissée dans le piège cousu de fil blanc du CRIF, organe qui sous couvert d’une revendication (sans doute respectable…et communautariste) de représentation des Juifs de France (ce qui est déjà une prétention abusive), n’est qu’une courroie de transmission de la propagande israélienne et des « valeurs » qui la sous-tendent.
Soit vous êtes naïfs et manipulables et c’est grave pour des représentants que nous avons élus, soit vous êtes conscients des intérêts que vous défendez en prenant ce type de décision, et vous aurez à en assumer logiquement les conséquences. Je passerai sur l’honnêteté intellectuelle qui ne semble pas vraiment caractériser la classe politique.
Vous sanctionnez non pas d’éventuelles associations locales dont vous ne partageriez pas les points de vue (encore faut-il se donner les moyens de lire et d’un débat politique, ce qui demande évidemment un effort et peut-être un certain niveau), mais les principaux intéressés eux-mêmes : cette troupe théâtrale de jeunes réfugiés de Bethléem.
Ils venaient pour faire connaître leur art et à travers cela raconter leur vie et leurs souffrances quotidiennes. Sans doute y-a-t-il des raisons à cela ?!
Mais qui êtes-vous donc pour vous permettre de les balayer d’un revers de main, et les jeter à la rue. Croyez-vous donc – surtout dans la situation actuelle, particulièrement malsaine d’ailleurs – qu’ils ont été autorisés à venir en France à l’insu des autorités, et qu’ils constitueraient je ne sais quelle menace à l’ordre public ?!
Vous rendez-vous bien compte du rôle écoeurant que vous jouez ?
Et si cela peut vous faire (encore ?) réfléchir, méditez ces deux remarques :
– le gouvernement israélien (complaisamment relayé) monopolise l’arène internationale pour 1 de ses soldats fait prisonnier dans une opération militaire, mais je n’ai jamais entendu aucun des relais, médias, gouvernements , élus et autres partis, faire quoi que ce soit ni s’offusquer pour les…….9000 prisonniers Palestiniens, quotidiennement humiliés, torturés, maltraités, dans les geôles israéliennes, au mépris de toutes les conventions internationales.
– aujourd’hui Israël sème la terreur, se permet d’enlever des représentants élus démocratiquement (imaginez un seul instant la même situation chez nous !), les gouvernements regardent faire et se font en outre complices directs de la plus grande crise humanitaire que les Palestiniens aient jamais subie. En Palestine on opprime, on massacre, ici vous baillonnez leurs enfants réfugiés.
En tout état de cause, croyez en ma détermination pour faire connaître ce que vous êtes capables de faire, notamment auprès de mes amis socialistes.
xxx

Au journal Sud-Ouest : contact@sudouest.com
A l’attention de M. D. Andrieux et Rédaction de Sud-Ouest
Bonjour,
Je suis profondément choqué de la décision d’annulation par la ville de Cenon et le Festival des Hauts de Garonne des deux représentations que devait donner la troupe théâtrale Al-Rowwad de jeunes réfugiés palestiniens de Bethléem.
Mais je suis au moins aussi scandalisé par votre article du 29 juin : « Palestiniens indésirables ».
Non seulement le titre n’a pas grand chose à voir avec son contenu – mais sans doute est-ce là une facilité journalistique – non seulement il est truffé d’amalgames, d’erreurs, et d’insinuations, mais surtout les principaux intéressés, les Palestiniens sont purement et simplement évacués !
Les procédés sont grossiers et la déontologie la plus élémentaire (vérification des sources et réponse des personnes ou associations concernées) est absente.
La tonalité ne laisse aucun doute sur son objectif : en aidant le CRIF à dénigrer et diffamer le mouvement de soutien aux Palestiniens, servir de relai en France à Israël pour annihiler toute tentative des Palestiniens de faire entendre leur voix et leur droit.
Accessoirement, c’est faire peu de cas du citoyen, sinon du lecteur, qui aurait pu en se rendant à ces représentations se rendre compte par lui-même directement auprès des vrais intéressés, les enfants réfugiés de Bethléem, de la vie qu’ils mènent depuis l’expulsion de leurs grands-parents en 1948.
Autant vous auriez publié un communiqué du CRIF (avec droit de réponse bien sûr aux associations concernées) j’aurais compris, autant là c’est directement prendre parti pour le lobby sioniste.
Aujourd’hui où la situation en Palestine est plus dramatique que jamais, Israël bombarde, envahit, massacre, enlève des représentants élus démocratiquement, opère un blocus, avec la complicité des USA, de l’Union européenne et en particulier de la France.
Là-bas Israël opprime et tue les Palestiniens, ici vous baillonnez leurs enfants réfugiés.
Honte sur vous,
Salutations,
xxx

print