501 vues
image_pdfimage_print

Comité Action Palestine, le 2 Mars 2024

Le soldat américain Aaron Bushnell s’est immolé pour protester contre le génocide des Palestiniens de Gaza commis par l’armée « israélienne ». Ce soldat devait avoir une haute conception morale, voire une vision idéalisée du rôle d’un militaire. Un soldat doit combattre un autre soldat et non des civils. Un soldat doit défendre le peuple ou protéger la nation. Au nom d’une quelconque idéologie humaniste ou révolutionnaire, on peut même contester l’existence d’une armée qui n’aurait d’autre but que de tuer. Mais en tant que soldat Aaron Bushnell avait tracé des limites morales dans l’exercice de sa fonction : ne pas s’en prendre à des civils désarmés.  C’est au nom de ces valeurs qu’il s’est donné la mort en dénonçant le rôle de son pays dans le crime contre l’humanité perpétré à Gaza.

Dans ce monde immoral, où l’intérêt matériel prime sur tout le reste, dans ce monde colonialiste et impérialiste qui permet de voler des terres, des ressources et de génocider un peuple qui ne renonce pas et ne renoncera jamais à la résistance, l’acte du soldat américain est une accusation sans appel de la barbarie de l’armée « israélienne ». Depuis des années, la propagande sioniste relayée par les médias français présente l’armée « israélienne » comme la plus morale du monde. Dans la bataille en cours à Gaza et en Cisjordanie, elle a montré son vrai visage : c’est l’armée la plus sale et la plus immorale du monde. Les soldats « israéliens » se comportent de manière immonde. Ils tuent des enfants par milliers, volent comme de vulgaires voyous de l’argent et des biens trouvés dans des maisons démolies par les bombes, font rouler des chars sur des civils, tirent sur une population affamée pendant une distribution d’aide humanitaire et commettent quotidiennement beaucoup d’autres atrocités depuis 5 mois.

Contrairement à Aaron Bushnell, la morale des soldats « israéliens » se résument à deux principes : tuer et voler. C’est la morale en réalité de la société coloniale « israélienne » tout entière depuis presque 100 ans en Palestine. Voler, tuer et effacer la mémoire du peuple palestinien. Une société coloniale qui prospère sur le vol et le mensonge pouvait-elle engendrer une armée morale ? Non ! Elle se donne des soldats sans pitié et sans principes à la hauteur du projet d’anéantissement du peuple palestinien. Le colon par définition n’est guidé que par l’intérêt matériel et la défense de ses immenses privilèges. Il est l’incarnation concrète de la barbarie. C’est le fonctionnement même de la société coloniale « israélienne ». Avez-vous vu des protestations de masse contre le génocide des Palestiniens en « Israël » ? Non ! Au contraire, selon un récent sondage, une écrasante majorité des Israéliens juifs s’opposent à l’aide humanitaire pour Gaza. Il vous ment celui qui vous dira que d’une société coloniale peut naitre un mouvement de solidarité avec les colonisés ! A part quelques individualités exceptionnelles, la société coloniale ne génère que des individus violents prêts à en découdre avec les colonisés.  Dans l’histoire, la colonisation n’a jamais été autre chose que la violence la plus brutale.

Gaza aujourd’hui, ce sont des milliers de morts, des dizaines de milliers de blessés, des bébés affamés, des infrastructures essentielles rasées une par une, des édifices de toutes sortes démolis, des terres ravagées. Gaza aujourd’hui subit une violence inouïe, sans pareille dans l’histoire récente, nourrie par la complicité des Etats arabes et de l’Occident. Mais Gaza aujourd’hui n’a pas plié ! Elle résiste encore et toujours. Des hommes sont toujours debout, les armes à la main pour libérer la Palestine de la barbarie sioniste. Des combattants meurent chaque jour, mais d’autres prennent la relève. Malgré la dévastation, rien n’est écrit d’avance. Rien ne permettra à l’ennemi sioniste de dire : « j’ai vaincu ! ». Car il est certain que Gaza mutilée et martyrisée donnera toujours des résistants pour combattre l’injustice. 

Palestine vivra, Palestine vaincra !

Dessin : Carlos Latuff. Traduction : « une autre maison bombardée à Gaza ! Dis moi ce que tu vois ? Des bottes militaires »

print