254 vues
image_pdfimage_print

Comité Action Palestine, 18 août 2022

Khalil Awawdeh est détenu par l’entité coloniale sioniste depuis décembre 2021 sans procès ni charge contre lui. Comme lui, 670 Palestiniens sont maintenus en détention administrative. Au total, il y a actuellement 4450 résistants palestiniens dans les geôles de l’occupant. Pour protester contre sa détention arbitraire, il a entamé une grève de la faim depuis plus de 160 jours. Il est actuellement dans un état critique. Il devait être libéré dans le cadre de l’accord de cessez-le-feu établi par l’intermédiaire de l’Egypte entre la Résistance palestinienne et l’entité sioniste début août. Pourtant le tribunal de l’occupant a rejeté lundi dernier l’appel pour sa libération, démontrant une fois de plus la traîtrise de l’ennemi.

Le combat que mène Khalil Awawdeh et sa libération exigée par la Résistance palestinienne prouvent encore une fois que la résistance des prisonniers fait partie intégrale du mouvement de libération de la Palestine. Beaucoup d’entre eux sont des responsables politiques. De ce fait, ils jouent un rôle de premier ordre dans la résistance. Les prisonniers palestiniens ne luttent pas seulement pour améliorer leurs conditions de détention, mais ils agissent également au nom de la lutte de tous les Palestiniens pour la justice et l’autodétermination. Cette résistance témoigne de l’organisation parfaite des prisonniers pendant leur incarcération, malgré la férocité du système carcéral colonial.

Une des formes majeures de résistance et de protestation dans les prisons est la grève de la faim. Souvent organisées en coordination avec des manifestations à l’extérieur, les différentes grèves de la faim se sont avérées très efficaces. Elles ont permis de gagner de nombreuses batailles pour les prisonniers et de populariser la cause palestinienne.

Aujourd’hui, il y a 4 prisonniers palestiniens en grève de la faim dans les geôles israéliennes

Parmi les plus importantes grève de la faim, on peut citer la grève ouverte de Asqalan (1976) qui dura 45 jours et celle de Jneid (1987) qui dura 20 jours. Les deux s’étendirent à toutes les prisons. La grève générale de 2004 dura, elle, 19 jours. Des appels à la grève générale des prisonniers sont lancés régulièrement. Le mouvement est suivi dans l’ensemble des prisons sionistes. Les prisonniers protestent, entre autres, contre les conditions inhumaines imposées à leurs familles lors des visites, contre la suppression d’accès à des moyens d’information indépendants, pour l’autorisation de passer les examens du baccalauréat pour tous, et enfin pour le suivi régulier des prisonniers malades et gravement atteints, suite aux mauvais traitements et aux négligences médicales intentionnelles. Ces dernières années, plusieurs prisonniers en détention administrative ont, au péril de leur vie, gagné leur liberté en menant de longues grèves de la faim qui ont fait céder l’occupant.

Nous, Comité Action Palestine, apportons tout notre soutien à Khalil Awawdeh et aux prisonniers palestiniens et à leur résistance. Nous sommes porteurs de toutes leurs revendications et notamment celle de leur libération, comme celle de leur terre ! Vive la Palestine ! Force et Honneur au Peuple Palestinien !

Photos: Palestineonline https://www.facebook.com/OnlinePalEng/

print