Face aux crimes et aux mensonges d’Israël soutenons la résistance du peuple palestinien

803 vues
image_pdfimage_print
le 5/11/2006 18:10:00 (590 lectures)

Tract de Novembre 2006 qui fait le point sur la situation en Palestine et qui envisage l’ensemble des luttes contre l’impérialisme américain : Liban, Irak, Afganisthan, Amérique Latine et peut-être bientôt l’Iran.

flags« Une terre sans peuple pour un peuple sans terre » : voilà dès l’origine ce qui fut le leitmotiv du sionisme. D’emblée, ce mouvement colonial se fondait sur la négation du peuple palestinien. La naissance en 1948 de l’État juif, soutenu par les puissances occidentales, reconnu par l’ONU, allait permettre d’accélérer les objectifs du sionisme : vider la Palestine de ses habitants arabes pour les remplacer par des juifs, au moyen d’expulsions et de nombreux massacres.

Aujourd’hui, cette politique sioniste se poursuit puisque l’État-colonie d’Israël ne reconnaît toujours pas le droit à l’autodétermination du peuple palestinien, ni bien évidemment le droit au retour des quelque 4 millions de réfugiés, et ce, malgré les nombreuses résolutions de l’ONU. Bien au contraire, les massacres continuent, des murs s’érigent, et des pseudo-retraits purement tactiques tentent de berner les observateurs extérieurs…

Outre sa nature coloniale, Israël est également un État raciste et théocratique, puisqu’il se fonde sur une appartenance ethno-religieuse : l’État juif établit une hiérarchie entre juifs et Palestiniens, en ne reconnaissant pas à ces derniers les mêmes droits sociaux et politiques. Dans cet esprit, renforcer le caractère juif d’Israël consiste à faire appel à l’immigration juive tout en continuant à exproprier et chasser les Palestiniens. Le sionisme n’est pas autre chose qu’une politique d’épuration ethnique.

Être antisioniste, c’est déjà dénoncer ce triple caractère, raciste, ethnocratique et colonial de l’État d’Israël. Ni plus ni moins.

Voler la terre palestinienne comme c’est encore le cas en Cisjordanie et dans le Naqab, tuer, emprisonner et torturer les résistants, faire semblant de négocier pour gagner du temps et poursuivre l’épuration ethnique avec la bénédiction et le soutien des Etats-Unis, de l’Europe, de la France et des régimes arabes, bâillonner tout soutien au peuple palestinien par un chantage permanent à l’antisémitisme, telle est la réalité de la politique sioniste.

Cette politique a atteint aujourd’hui un stade ultime depuis la victoire des candidats du Hamas aux élections législatives du 25 janvier : il s’agit d’obtenir la reddition du peuple palestinien en le soumettant à un blocus économique qui le prive de ses ressources financières et des biens de première nécessité. Mais d’ores et déjà la nouvelle Autorité palestinienne dirigée par le Hamas et l’ensemble de la résistance ont annoncé qu’ils ne se plieraient pas à l’odieux chantage de la dictature coloniale israélienne et des puissances occidentales qui exigent la cessation de la résistance armée et la reconnaissance de l’Etat d’Israël, c’est-à-dire l’occupant qui, lui, n’a jamais reconnu la Palestine. Bien au contraire, et en dépit des massacres quotidiens perpétrés par l’armée coloniale et des conditions de vie de plus en plus difficiles, le peuple palestinien soutient toujours les nouveaux dirigeants palestiniens qui comptent poursuivre la résistance jusqu’à la libération de leur pays.

Dans cette voie nous faisons confiance au peuple palestinien et à sa capacité de résistance. L’Histoire est de son côté comme elle est du côté de tous les peuples qui résistent.

La défaite américaine au Vietnam n’a pas été obtenue par une résolution de l’ONU mais grâce à la résistance héroïque du peuple vietnamien. Cuba résiste toujours malgré près de 40 ans d’embargo ; Le peuple vénézuélien et le peuple bolivien sont entrés en résistance face à la domination américaine. C’est toute l’Amérique latine, celle des classes populaires, qui peu à peu tient tête aux visées impérialistes des Etats-Unis.

resistanceAu Moyen-Orient, l’Etat colonial israélien a été forcé de retirer ses troupes de Gaza en 2005 et en août 2006 la résistance populaire libanaise lui infligea une cuisante défaite. En Irak comme en Afghanistan la résistance ne faiblit pas, bien au contraire, elle a fait subir des pertes toujours plus grandes à l’ennemi américain et à ses alliés. Une nouvelle déconvenue attend les armées sionistes et impérialistes : c’est la guerre qui se prépare contre le peuple iranien au nom de la lutte contre la prolifération nucléaire alors que l’Etat colonial d’Israël possède plus de 200 têtes nucléaires. Mais cette justification (utilisée pour envahir l’Irak) de la nouvelle guerre qui s’annonce ne doit tromper personne, car s’il devait y avoir désarmement nucléaire il devrait commencer d’abord par les Etats-Unis, Israël et leurs alliés occidentaux.

Aujourd’hui il y a deux voies possibles : il y a celle de la résignation et de la soumission à un ordre mondial injuste et meurtrier et il y a celle de la résistance et de la solidarité entre les peuples. En Palestine occupée, le peuple Palestinien est toujours debout, uni depuis près de soixante ans contre l’infernale machine de guerre coloniale israélienne. Il nous indique la voie à suivre.

Nous, membres du CAP, nous sommes à ses côtés sur ce chemin.

 

print