295 vues
image_pdfimage_print

Comité Action Palestine, le 18 mai 2024

Le monde entier a retenu son souffle devant une intervention imminente des forces armées sionistes à Rafah. Le sang des civils palestiniens allait continuer à couler. Comme depuis des mois dans la bande de Gaza. Le monde entier voit clairement que l’existence de l’entité sioniste repose sur la guerre permanente. L’opération spectaculaire du 7 octobre a permis de le révéler. La machine à tuer sioniste fonctionnait à plein régime sous le masque de la démocratie et de la fiction de la paix avec les Palestiniens. Ce 7 octobre a montré aussi que l’invincibilité de l’Etat sioniste avait la fragilité d’un château de cartes. Désormais la société coloniale est en proie au doute. Incapables de réaliser le moindre objectif de guerre, les dirigeants « israéliens » ont alimenté à leur insu les tensions entre les colons. Le doute a gagné les esprits. Les dirigeants devaient le dissiper en menant une guerre de génocide. Il fallait rassembler tous les « Israéliens » contre leur ennemi commun palestinien. Mais ce doute agit comme un poison dans le corps. L’armée « israélienne » ne parvient pas à relever le défi du 7 octobre. Le coup était mortel.

L’aventure « israélienne » meurtrière en Palestine a commencé il y a 76 ans par la purification ethnique, elle est en train de s’achever sous nos yeux avec la guerre génocidaire à Gaza. « Israël » est en crise profonde. La situation est insoluble pour les sionistes. Accepter un accord de cessez-le-feu aujourd’hui, c’est imploser demain. Ne pas signer d’accord, c’est continuer une guerre sans boussole et sans stratégie, sinon tuer encore et toujours. « Israël » est dans l’impasse. Yahia Sinwar a eu raison de Benjamin Netanyahou. La résistance rationnelle d’un côté et la folie meurtrière de l’autre. Chaque camp s’est donné l’homme de la situation pour le conduire à la victoire. Pour l’instant, la résistance n’a pas plié. Chaque jour qui passe est une victoire pour les Palestiniens. Forte de la légitimité de tout un peuple à revendiquer l’indépendance nationale, la résistance palestinienne s’obstine avec raison à faire disparaître la tyrannie coloniale en Palestine.

Le problème d’« Israël » n’est pas Netanyahou et l’extrême droite. Le problème d’« Israël » c’est « Israël » lui-même. Les « Israéliens » sont tous d’accord pour anéantir le peuple palestinien. Il est vain d’attendre du sein même de la société « israélienne » une quelconque solidarité à grande échelle avec les Palestiniens. L’histoire algérienne nous l’a montré. A part quelques individualités, les colons français dans leur ensemble ont fait corps contre les Algériens. En Palestine, la société coloniale « israélienne » a un seul objectif : s’emparer de toutes les terres et conserver coûte que coûte les privilèges propres aux colons avec l’appui de l’impérialisme occidental. La guerre menée aux Palestiniens depuis 76 ans n’a pas d’autre explication. Ce qui est en cause n’est pas l’ambition personnelle d’un Netanyahou ou l’obscurantisme de quelques religieux fous furieux, mais la viabilité du système colonial et son existence à moyen terme.

Attaquer Rafah permet aux « Israéliens » de repousser le jour de la défaite et leur donne l’illusion éphémère qu’ils sont les maîtres du jeu. Si depuis 8 mois, ils n’ont obtenu aucun gain ni militaire ni politique, comment pourraient-ils obtenir ne serait-ce qu’un semblant de victoire à Rafah ? Depuis 8 mois la résistance palestinienne est toujours aussi puissante. Les résistances libanaise et yéménite harcèlent sans cesse les forces sionistes. Le mouvement de soutien international s’intensifie et s’élargit alors que l’image des sionistes s’est très fortement détériorée. Nous assistons à un basculement historique. Jamais la résistance arabe n’a été aussi forte et jamais « Israël » n’a été aussi faible. La grande explication, l’explication définitive lancée depuis le 7 octobre entre les Palestiniens et les « Israéliens » a redonné l’espoir, malgré les morts et les destructions, que l’annonce de la victoire palestinienne est proche.

La solidarité avec la résistance est ici notre devoir de femmes et d’hommes libres qui refusent l’injustice. Qui refusent l’arbitraire du plus fort. La résistance rend libre. Le peuple palestinien est un peuple libre et rien ne le soumettra aux forces de l’impérialisme et du sionisme.

Palestine vivra ! Palestine vaincra !

print