273 vues

Rim al-Khatib (Beyrouth, le 18/05/2021)

A la recherche d’une victoire factice, l’armée sioniste poursuit son agression contre la bande de Gaza, et ses soldats et colons tuent les Palestiniens en Cisjordanie occupée, et sa police et ses colons agressent les Palestiniens de 48 et les arrêtent (plus de 800 arrêtés dans l’intérieur).

Les dirigeants sionistes veulent terminer leur agression, mais ils veulent frapper auparavant un grand coup, comme assassiner ds dirigeants du Hamas ou du Jihad islamique, et démolir au moins un tunnel de la résistance. Les bombardements de la bande de Gaza, les immeubles et même les rues, visent à l’aveuglette des tunnels imaginés ou des personnalités qu’ils imaginent être là.

Le commandant de la zone nord des Saraya al-Quds, Hussam Abu Harbid, a été assassiné le 17/5, alors qu’il accomplissait son devoir de combattant. La joie des sionistes a été figée en voyant les milliers de Palestiniens assister au cortège funèbre du martyr, réclamant la vengeance et la poursuite des combats, alors que l’aviation militaire « israélienne » poursuivait ses survols de la bande de Gaza. Comme dans tout mouvement de libération populaire, le martyre d’un combattant, tout gradé qu’il soit, n’arrête pas la marche. Le communiqué des Saraya al-Quds et du Jihad islamique est clair, et annonce de grandes surprises pour les sionistes.

Il faut lire la presse sioniste pour comprendre comment ils brodent des fables, comme ils ont brodé des fables sur l’histoire de la Palestine. Selon eux, des dizaines de combattants du Hamas sont morts dans des tunnels, que Hamas n’ose pas dévoiler, comme si les combattants n’avaient pas de familles et de voisins. Selon eux, il y aurait 13000 missiles dans les tunnels et les sionistes en auraient détruit près de la moitié. Alors qu’au début de l’agression, les services de renseignements sionistes déploraient n’avoir rien vu de la montée en puissance de la résistance, car ils ont perdu leurs «yeux » à cause de la vigilance de la résistance, maintenant, ils connaîtraient le nombre exact des missiles, comme s’ils avaient visité les tunnels. Le délire de la presse sioniste, qui reçoit ses ordres de l’armée, montre l‘impuissance de l’entité coloniale sioniste.

L’impasse militaire et politique dans laquelle vivent les sionistes, à cause des tirs de missiles de la résistance, qui a gelé toute la vie, dans plus d’une colonie, va les pousser à intensifier les bombardements pour tuer des dirigeants et annoncer leur victoire imaginée.

Les négociations pour un arrêt de l’agression sont dans l’impasse, non à cause des dirigeants sionistes qui la souhaitent, à cause de leurs pertes économiques et politiques, et le noircissement de leur image dans le monde, mais à cause de la résistance palestinienne qui revendique tout d’abord la fin des agressions sionistes contre la mosquée al-Aqsa et la fin des profanations, et l’arrêt des mesures d’expulsion des Palestiniens de Sheikh Jarrah.

Les sionistes, dirigeants, médias, institutions diverses, refusent encore les revendications palestiniennes, et trouvent qu’elles sont « impossibles ». La résistance va poursuivre ses attaques jusqu’à ce que la ville d’al-Quds soit protégée.

Pour contourner la résistance et ses revendications, des idées commencent à se faire jour, consistant à satisfaire l’Autorité palestinienne et le régime jordanien, en leur confiant à nouveau la « souveraineté » de la mosquée al-Aqsa et le retour à la situation qui existait avant la proclamation de Trump sur « Jérusalem unifée » et un règlement provisoire de Sheikh Jarrah. Ces idées sont quand même refusées par une partie de l’établissement sioniste et mettent les divisions entre sionistes au devant de la scène. Et, en même temps, les sionistes pensent qu’accepter cela, c’est se courber devant la résistance.

En tout cas, pour le peuple palestinien dans son ensemble, la liaison Gaza – al-Quds est une nouvelle donnée et il ne reviendra plus en arrière. Le refus absolu de la résistance, malgré toutes les pertes humaines (des martyrs dans la voie d’al-Quds et de la libération), est clair : l’équation isolant Gaza du reste de la Palestine fait partie de l’histoire. La nouvelle équation est : la résistance et le peuple palestinien, partout où ils se trouve, sont entièrement liées par le même sort. Ce qui signifie que la résistance qui part de Gaza ripostera à toute agression dans al-Quds, en Cisjordanie et les Palestiniens de l’Intérieur.

C’est pourquoi la résistance palestinienne ne s’arrêtera pas, malgré toutes les pressions qui vont être exercées sur elle, car elle a gagné le peuple palestinien et les peuples arabes.

Côté situation internationale

La France officielle et les médias français sont perçus comme étant les alliés les plus forts de l’agression sioniste et de l’entité coloniale. Les médias français reprennent sans aucune critique la propagande sioniste, et vont même plus loin que certains journalistes « israéliens ». Ils ont même dépassé la position des Etats-Unis. Ces derniers soutiennent l’agression et l’entité, mais essaient de montrer qu’ils sont moins sionistes que Trump, mais la France, à cause aussi de ses problèmes internes, s’aligne entièrement sur la position sioniste la plus criminelle.

Il est important que les médias pro-résistance montrent l’unité de lutte entre la bande de Gaza (la résistance armée) et le reste de la Palestine, et notamment al-Quds, car les médias prosionistes, en séparant et disloquant le peuple palestinien, diffuse la propagande sioniste.

Les Etats-Unis craignent surtout pour les bouleversements qui peuvent arriver dans la région, qu’ils considèrent leur territoire gardé, si l’agression se poursuit, et que les peuples arabes poursuivent leur mobilisation, surtout en Jordanie.

Au Liban, malgré le fort soutien populaire au peuple palestinien et à la résistance, il reste des calculs étroits de certaines forces politiques, liées aux US, à la France et l’Europe et aux pays comme (Emirats, Arabie saoudite), qui agissent comme si l’agression touchait les Esquimaux. En Jordanie, au contraire, le peuple en entier se trouve du côté de la résistance, et le pouvoir se sent coincé entre le peuple et les Etats-Unis et ses alliés européens. Sa crise structurelle s’accentue et va s’accentuer au fur et à mesure que la résistance frappe.

Parmi les Etats arabes, seuls les Emirats Unis affichent leur soutien à la politique sioniste, et leur haine de la résistance (jugés Frères musulmans). Les pays qui ont récemment conclu des accords de normalisation sont en crise, et ils essaient d’en sortir en envoyant des aides à… l’Autorité palestinienne.

Comme l’a écrit un journaliste émirati de l’opposition, tous ceux qui soutiennent l’agression sioniste contre le peuple palestinien, vont plonger avec l’entité.

print