209 vues
image_pdfimage_print

Calendrier Palestine Libre 2017 : « Palestine, terre des martyrs »

Qu’il soit intellectuel, diplomate, leader politique, tout Palestinien devient une cible pour l’ennemi sioniste et le Mossad, avec ses escadrons de la mort, traque les résistants palestiniens partout dans le monde. On ne peut oublier le célèbre écrivain porte parole du FPLP, Ghassan Kanafani, abattu avec sa nièce de 17 ans en 1972 à Beyrouth à l’âge de 36 ans, ni le caricaturiste Naji al-Ali assassiné en 1987 à Londres. Si bon nombre de ces crimes ont été commis dans des pays arabes, notamment à Beyrouth, Dubaï, Tunis ou en Egypte, l’Europe fut également le théâtre de nombreux assassinats, à Rome, Athènes, Londres, Bruxelles, en Allemagne…Dans la seule ville de Paris, de 1972 à 1982, on compte 7 meurtres de Palestiniens connus, parmi lesquels le représentant de l’OLP en France, Mahmoud Al Hamchari, victime à 33 ans d’un attentat à la bombe en 1972. Dernier en date de cette longue liste de Palestiniens traqués et abattus par le Mossad, Omar Nayef qui fut assassiné début 2016 dans les locaux de l’ambassade de Palestine en Bulgarie.

Rien n’arrête les services secrets sionistes pour éliminer les résistants palestiniens : attentats à la bombe, empoisonnements, enlèvements, vols de passeports…Et toujours dans l’impunité, quand ils ne bénéficient pas de complicités et du silence dans les pays où ils commettent leurs crimes.

Malgré ce déploiement de moyens et les soutiens extérieurs qu’il reçoit, le Mossad n’est pas infaillible : au lourd bilan de ses crimes, s’ajoutent toutes les tentatives manquées d’enlèvements et d’assassinats. Une des plus spectaculaires reste celle menée en 1997 en Jordanie contre Khaled Mechaal, un des responsables du Hamas. Victime d’une tentative d’empoisonnement, il ne doit la vie qu’à des maladresses des agents du Mossad et à la réaction du roi Hussein exigeant et obtenant du gouvernement sioniste l’antidote. De même, lors de l’assassinat de Mahmoud Al Mabhouh, un cadre du Hamas, début 2010 dans un hôtel de Dubaï, le Mossad commet des erreurs telles qu’il ne peut plus camoufler ses crimes aux yeux du monde.

Mémoire, respect et honneur à tous ces martyrs palestiniens forcés à l’exil ou partis hors de Palestine pour porter au monde la voix de la Résistance.

Comité Action Palestine (août 2017)

print