488 vues
image_pdfimage_print

Comité Action Palestine – 7 avril 2018

Encore une fois, l’armée israélienne a fait couler du sang palestinien. Pour empêcher la marche du retour organisée à Gaza le 30 mars et hier 6 avril, l’armée israélienne n’a pas hésité à tuer. A tuer des Palestiniens qui veulent faire entendre au monde leurs revendications : retourner chez eux, sur leurs terres, dans leurs maisons que les colons israéliens ont volées en 1948. Pour reprendre les mots d’un leader palestinien, c’est une marche pour le retour en Palestine, pour montrer au monde entier que les Palestiniens refusent le deal américain, la judaïsation d’Al-Quds et de la Palestine et la suppression du droit au retour des réfugiés. Après les trois guerres de Gaza (2008 ; 2012 et 2014), les Gazaouis, malgré le blocus infâme, continuent de résister. Ils résistent aux sionistes, ils résistent contre l’occident qui soutient Israël et contre la trahison de nombreux Etats arabes.

A Gaza mais aussi dans toute la Palestine la résistance continue comme à Al-Quds pour protéger la mosquée Al Aqsa. Depuis 70 ans le peuple palestinien résiste par tous les moyens contre l’occupant israélien ; depuis 70 ans malgré les gigantesques moyens dont dispose l’occupant, le peuple palestinien est encore debout et bien vivant. D’un côté des avions, des chars, des bombes au phosphore et de l’autre des pierres, des pneus, des couteaux. D’un côté la toute puissance du crime et de l’autre la résistance d’un peuple pour la justice.

A l’occasion de la marche du retour, beaucoup parlent de la frontière entre Gaza et Israël, mais de quelle frontière parle-t-on ? Israël n’a pas de frontière puisqu’il veut coloniser toute la Palestine. Et même si cette frontière existait elle ne serait pas légitime. De l’autre côté de Gaza, c’est la Palestine, et c’est pour nous le rappeler que les Gazaouis ont appelé leur manifestation la marche du retour. Le retour chez eux et le retour de la justice sur cette terre débarrassée du colonialisme. En Afrique, en Asie, partout la colonisation a échoué. La colonisation en Palestine ne fera pas exception.

 Le Comité Action Palestine juge qu’il est urgent, en soutien à la résistance en Palestine, de s’organiser pour construire un mouvement antisioniste uni autour de principes anticolonialistes clairs que sont les principes d’auto-détermination et de libération de toute la Palestine arabe.

Photo: Maan agency

print