901 vues
image_pdfimage_print

le 4/2/2010 9:50:00 (1885 lectures)

 

 Al-QudsCommuniqué du Comité Action Palestine de janvier-février 2010.

Alors que l’Etat sioniste a intensifié depuis quelques années sa politique de judéisation d’Al Quds dans l’objectif d’effacer l’identité arabe et islamique de la ville, un tribunal israélien vient de condamner à 9 mois de prison le Cheikh Raed Salah, responsable du mouvement islamique en Palestine de 48, celui même qui venait de déclarer que les 6 prochains mois seraient décisifs pour la Mosquée Al Aqsa. Mais le Cheikh Raed Salah, ainsi que les responsables politiques palestiniens en Palestine de 48 réunis au sein du Haut Comité de Suivi des masses arabes, considèrent cette condamnation comme illégale car émanant d’un tribunal colonial et d’occupation.

Photo : A Safadi

Al-Quds est emblématique de la guerre coloniale conduite en Palestine depuis plus de 60 ans. C’est dans cette ville que s’expriment les formes les plus diverses et extrêmes de la politique raciste et haineuse dont le but est d’effacer la Palestine et son peuple autochtone de la carte. L’émigration sioniste commence  à al-Quds bien avant 48, mais c’est à cette date qu’est conduit un nettoyage ethnique massif, accompagné de nombreux massacres. Toute la population de la partie Ouest de la ville et des villages alentours est expulsée et déportée. Depuis, la colonisation et la politique d’épuration ethnique n’ont pas cessé pour détruire le caractère arabe de la ville.

En 1967, l’Etat sioniste s’empare de la vieille ville et de la partie Est de al-Quds. Des quartiers palestiniens entiers sont rasés intra-muros. De nombreux sites religieux sont détruits ou profanés. A partir de cette date, la construction de colonies se développe à un rythme effréné pour renverser l’équilibre démographique et judaïser al-Quds. Tout un arsenal de mesures discriminatoires envers les habitants d’origine et la construction du mur de l’apartheid complètent la politique sioniste d’épuration ethnique, l’objectif étant de vider la ville de sa population palestinienne d’ici 2020. Aujourd’hui tous ces phénomènes s’intensifient. Des dizaines de familles ont déjà été expulsées ces derniers mois et des quartiers entiers sont menacés. De plus l’occupation a creusé tout un réseau de tunnels sous la vieille ville, ce qui fragilise énormément les édifices construits au dessus comme la Mosquée Al Aqsa, mais aussi les maisons palestiniennes. Le danger ne vise pas uniquement al-Quds en tant que lieu saint pour les Musulmans et les Chrétiens, mais aussi et surtout al-Quds en tant que lieu de vie et d’épanouissement des Palestiniens, quelque soit leur religion.

DataFiles-Cache-TempImgs-2013-2-old_image2_RaedSalahAqsa_300_0Mais comme partout ailleurs en Palestine, al-Quds résiste. Le cheikh Raed Salah est à la tête de cette résistance, mobilisant sans relâche la population palestinienne en Palestine de 48 pour défendre l’identité arabe et islamique de al-Quds et de la Palestine. Considéré comme une menace politique pour un Etat qui se revendique comme juif, comme tous les autres responsables politiques palestiniens en Palestine de 48, il a subi plusieurs attaques physiques, a été arrêté à plusieurs reprises et interdit de séjour al-Quds, tout cela afin de faire taire la résistance et de poursuivre la politique de judéisation.

Mais tous les dirigeants palestiniens en Palestine de 48 savent que l’intensification de l’oppression coloniale ne peut conduire qu’au renforcement de la résistance populaire unitaire. Ils savent que derrière les victimes politiques, se tient le peuple palestinien avec toute sa détermination.

Al-Quds est en danger, nous devons nous mobiliser pour soutenir sa résistance et avec elle celle de tout le peuple palestinien.

Comite Action Palestine

 

print